Message du Président de la Commission de la CEEAC Ambassadeur Gilberto Da Piedade Verissimo à l’occasion de la Journée Internationale des Femmes pour l’année 2021

mars 8, 2021

Lundi 8 Mars 2021

A l’occasion de la célébration de la journée internationale des femmes, permettez-moi d’adresser mes vives et chaleureuses félicitations à toutes les femmes de l’Afrique centrale. Je voudrais, avant tout, rendre un vibrant hommage à toutes ces femmes qui ont choisi de consentir d’énormes efforts et sacrifices en exerçant dans le secteur de la santé, parfois au péril de leur vie. Nous les voyons nuit et jour, en première ligne dans la lutte contre la pandémie du COVID-19.

En second lieux, j’aimerais aussi saluer le rôle que joue la femme rurale qui est aussi à la première loge dans l’exercice des travaux champêtres pour nourrir nos foyers, nos villes et parfois toute la contrée dans des contextes difficiles en cette période de pandémie. Et c’est pour encourager et reconnaitre de tels efforts que les Nations unies ont institué en 1975, la journée internationale des femmes, célébrée le 8 mars de chaque année.

Cette journée nous offre l’opportunité de dresser un bilan sur la situation des femmes, les progrès réalisés en vue d’atteindre l’égalité femmes-hommes, de parler de la contribution des femmes dans le développement de la société, du rôle éminemment important qu’elles jouent au sein de la communauté, mais également dans son combat quotidien pour porter haut et fort sa voix.

Comme partout dans le monde, la CEEAC célèbre la Journée Internationale des Femmes. Le thème choisi pour l’année 2021 est « Promouvoir la participation des femmes dans la vie économique et politique en Afrique Centrale : les femmes actrices essentielles dans la lutte contre la COVID-19 ». Ce thème est une invitation à réfléchir aux actions à mener dans chaque secteur, pour que l’égalité hommes-femmes soit concrète et met également en exergue la place fondamentale qu’occupe la promotion de la femme dans les priorités du Plan Stratégique Indicatif 2021-2025 de la CEEAC.

Les chefs d’Etat et de gouvernement qui font désormais de l’égalité des genres leur cheval de bataille ont saisi l’opportunité offerte par la réforme institutionnelle de la CEEAC pour marquer d’une empreinte indélébile un accent sur la promotion de la femme. J’en veux pour preuve, un Département entier est consacré à la Promotion du Genre, développement humain et social. Et ensuite, sur sept membres que composent la commission, trois sont des femmes : la Vice-Présidente de la Commission, la Commissaire en Charge de l’Aménagement du Territoire, et la Commissaire en charge de la Promotion du Genre, Développement Humain et Social.

Et pour emboîter le pas aux chefs d’Etat, j’ai personnellement procédé à la nomination de cinq nouveaux directeurs au sein du secrétariat administratif dont quatre sont des femmes, venues des différents pays membres de la CEEAC

Mais, en dépit de ces progrès constatés dans la prise en compte des droits des femmes au sein des Etats membres de la CEEAC sur les plans politique, économique et social, la situation n’est guère encore reluisante. Dans beaucoup de pays les inégalités sont encore observées, les violations des droits des femmes sont encore flagrantes et les nombreux obstacles juridiques et culturels restent présents, d’où notre appel à l’implication des hommes à accompagner cette dynamique.

En outre, elle « invite tous les États à proclamer comme il conviendra en fonction de leurs traditions et coutumes historiques et nationales un jour de l’année Journée des Nations Unies pour les droits de la femme et la paix internationale ».

L’Organisation des Nations Unies (ONU) ayant célébré la Journée internationale de la femme pour la première fois le 8 mars 1975 (pendant l’année internationale de la femme), ce jour a été retenu par de nombreux pays, dont la France qui a donné en 1982 au 8 mars un statut officiel.

La Célébration de la Journée Internationale des Femmes pour l’année 2021 intervient une seconde fois en pleine pandémie de la COVID 19 qui touche socialement et économiquement les femmes de la région. Les femmes travaillent en majorité dans des emplois précaires, dans le secteur informel et ne bénéficient donc pas d’une protection sociale. Tout en soulignant que la COVID 19 va accroître leurs difficultés financières, et constituent aussi un facteur avéré d’une hausse des violences domestiques et conjugales qui est exacerbée dans les zones à conflit. Cette crise pourrait entrainer une augmentation de la déscolarisation des filles et des grossesses précoces. En Afrique Centrale, les femmes représentent plus de 60 pour cent de la main-d’œuvre du secteur social, elles ont été et sont en première ligne dans la riposte à cette crise comme professionnelles de la santé et soignantes, leaders et actrices-clés de leur communauté. A cet effet, une attention particulière devrait être accordée aux soins dans les maternités, à la façon dont leur environnement de travail peut les exposer à la discrimination, et prendre en compte leurs besoins psychosociaux en tant que travailleuses de la santé de première ligne.

En cette Journée Internationale des Femmes, la CEEAC réaffirme sa ferme volonté d’apporter tout son soutien indéfectible aux droits et à l’autonomisation des femmes, à promouvoir la participation des femmes au processus de paix, à faire des plaidoyers forts pour augmenter le nombre des femmes à des postes de décision et au leadership féminin pour des améliorations réelles dans la vie des femmes dans la région. Nous, nous engageons à élaborer des politiques en faveur des femmes tout en mobilisant les hommes et les jeunes solidaires pour assurer plus d’égalité hommes-femmes. La CEEAC veillera à faire progresser l’égalité femmes- hommes et à soutenir une relance inclusive post pandémie de COVID-19.

Pour la CEEAC, les femmes sont des partenaires essentielles à l’intégration régionale.

Bonne et heureuse fête à toutes les femmes des pays de la CEEAC !