Mission de Préparation du Projet d’Aménagement de la route Gouga-Mbaïki-Bangui et d’Amélioration de la navigation sur le Corridor fluvial Brazzaville-Bangui.

mars 24, 2021

Une mission de la Banque africaine de développement (BAD) conduite par Monsieur Augustin KARANGA, Economiste des Transports en Chef, a entamé ce mardi 15 mars 2021 une réunion en vue de préparer le Projet d’Aménagement de la route Gouga-Mbaïki-Bangui et d’amélioration de la navigation sur le corridor fluvial Brazzaville-Bangui, première phase du Projet d’aménagement de la route Ouesso-Bangui-Ndjamena et d’amélioration de la navigation sur le fleuve Congo et ses affluents Oubangui et Sangha : CD13.

Cette rencontre par visioconférence se fait en concertation avec les Ministères et agences nationales en charge, entre autres, de l’Economie, du Plan, des Finances et du Budget, des Travaux publics et de l’entretien routier, des Transports, de l’Environnement, des Affaires sociales, de la Promotion de la Jeunesse et de l’Energie de la République Centrafricaine  et de la République du Congo en présence des représentants de la Banque de Développement des Etats de l’Afrique Centrale (BDEAC), de la Commission Internationale du Bassin Congo-Oubangui-Sangha (CICOS) et de la Commission de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale (CEEAC).  

Mme NGAKONO Marie Thérèse Chantal Épse MFOULA EDJOMO

La mission prendra d’abord connaissance des documents à même de justifier le projet en rapport avec les priorités d’investissement à court et à moyen terme dans les secteurs routier et fluvial et vérifiera la disponibilité et la qualité technique des dossiers d’études pertinents existants. Ensuite, elle définira, en accord avec les Gouvernements concernés, le cadre global d’intervention du projet, en référence, notamment, au Plan Directeur Consensuel des Transports en Afrique Centrale (PDCT-AC), au Plan d’action régional de facilitation des échanges et des transports en Afrique centrale et aux études détaillées du projet d’aménagement du Corridor de Développement 13 (CD13). Et enfin, elle déduira un ordre de priorités en terme d’intervention sur le corridor multimodal Pointe-Noire-Brazzaville-Ouesso-Bangui-Ndjamena et fixera les objectifs sectoriels et spécifiques à intégrer dans le cadre logique axé sur les résultats de l’opération engagée.

Parlant au nom de Son Excellence Monsieur l’Ambassadeur Gilberto Da Piedade VERISSIMO, Président de la Commission de la Communauté Économique des États de l’Afrique Centrale, empêché, à l’occasion de la cérémonie officielle d’ouverture, Son Excellence Mme NGAKONO Marie Thérèse Chantal Épse MFOULA EDJOMO, Commissaire à l’Aménagement du Territoire et aux Infrastructures a, avant tout, remercié tous les partenaires stratégiques présents, et particulièrement la Banque Africaine de Développement (BAD), pour ses appuis multiformes dans divers secteurs d’intervention de la CEEAC, et qui ne ménage aucun effort pour accompagner les Etats Membres et notre Institution dans la réalisation de ses missions dans le secteur des infrastructures, spécifiquement dans le domaine des transports.

Une vue des participants

« Une fois de plus, la BAD vient de manifester son approbation au lancement de la construction du CD13 (Ouesso-Bangui-N’Djamena et la navigation sur le fleuve Congo et ses affluents Oubangui et Sangha), et ce après la requête qui lui a été adressée par la RCA et la requête complémentaire de la Commission de la CEEAC, pour un appui financier en faveur de la RCA, en vue d’assurer la concrétisation de ce projet. Il s’agit là d’un signal fort pour cet Etat de la sous-région » a-t-elle relevé.

En relevant que le Président en Exercice de la CEEAC, Son Excellence Monsieur Denis SASSOU N’GUESSO a fait du développement des infrastructures l’une des priorités de son mandat en vue d’assurer le développement de la sous-région, Madame la Commissaire a précisé que la CEEAC compte sur les appuis multiformes de divers partenaires techniques et financiers et particulièrement sur la BAD, afin que la mobilisation des ressources financières soit faite et effective pour la réalisation des infrastructures en Afrique Centrale. « La CEEAC reste convaincue qu’elle bénéficiera d’un accompagnement pour relever cet important défi. » a-t-elle conclu son propos.

Le représentant de la BAD, quant à lui, a souligné que « le projet montre la détermination de la Bad à appuyer la CEEAC et surtout les Etats membres, dans la mise en œuvre du PDCT-AC adopté par les Chefs d’Etats en janvier 2004 ».

Pour rappel, le Projet Etude de la route Ouesso-Bangui-Ndjamena et de la navigation sur le fleuve Congo et ses affluents l’Oubangui et la Sangha a fait l’objet d’un financement de la BAD, pour un montant 8 millions d’Unités de Compte complétés par les fonds de contrepartie mis en place par la CEMAC et la CEEAC d’un montant 480 millions de FCFA.

La rencontre commencée ce matin s’étendra jusqu’au 25 mars 2021 avec la signature de l’aide-mémoire de la mission.