Les femmes d’Afrique centrale exaltent leur participation dans la vie économique, politique ainsi que dans la lutte contre la Covid 19

avril 2, 2021

Mardi, le 30 mars 2021– Dans le cadre des évènements marquant la célébration de la Journée Internationale des Femmes, la Commission de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC) a organisé une conférence en ligne sur le thème « Promouvoir la participation des femmes dans la vie économique et politique en Afrique Centrale : Femmes actrices essentielles dans la lutte contre la COVID 19 ».

Les travaux de la conférence ont été placés sous la conduite du Président de la Commission de la CEEAC, son Excellence Gilberto Da Piedade Verissimo avec la participation active du Représentant Spécial du Secrétaire général des Nations Unies et chef du Bureau régional des Nations Unies pour l’Afrique centrale(UNOCA) son Excellence François Louncény Fall, deMadame Oulimata SARR, Directrice Régionale d’ONU Femmes, Bureau Afrique de l’Ouest et du Centre, de l’Ambassadrice Rosario BENTO PAIS, Représentante de l’Union Européenne au Gabon, en Guinée équatoriale, Sao Tomé-et-Principe et auprès de la CEEAC, de la Commissaire en charge du Département de la Promotion du Genre, Développement Humain et Social madame Kapinga-Yvette Ngandu, ainsi que des cadres et fonctionnaires de la Commission de la CEEAC.

Ont également pris part, les délégations des femmes leaders et influentes de l’Afrique Centrale de tous secteurs (sciences, affaires, politique, culture, éducation, médias, sports et vie associative), des entreprises et des institutions de promotion économique et touristique. Ainsi que des experts et des innovateurs de différents secteurs et différents milieux qui contribuent à la promotion des droits des femmes en Afrique Centrale.

L’objectif principal était de magnifier les femmes artisans du changement sans distinction de leurs origines, âges ou leurs appartenances sociale, politique et culturelle, en mettant en évidence la manière dont elles peuvent résoudre ensemble le problème de l’autonomisation des femmes et des filles dans un contexte dominé par la pandémie du COVID-19 et ses conséquences.

Après le mot d’ouverture de la conférence prononcé par le Président de le Commission de la CEEAC, l’Ambassadeur Gilberto Da Piedade VERISSIMO qui a insisté sur la CEEAC reformée et qui accorde une place primordiale à la femme dans tous les secteurs et aux postes de décision, les débats se sont focalisés sur plusieurs thèmes regroupés en quatre sessions, notamment :

La Session 1. Femmes et sciences : Favoriser un environnement égalitaire, plus inclusifs et accroître les modèles féminins en sciences. Avec comme intervenants, le Professeur Véronique PENLAP BENG.et le Professeur Marielle Karine BOUYOU AKOTET ;

Session 2. Les femmes entrepreneures de l’Afrique Centrale émergent avec un dynamisme particulier : une opportunité d’accélérer l’intégration régionale & établir une collaboration entre les réseaux pour la protection, les droits des femmes et la paix en Afrique Centrale, sous la modération active de la Commissaire Madame KAPINGA-Yvette NGANDU avec les interventions de Madame Françoise PUENE  appelée respectueusement Mamie Nyanga,  Madame Marie-Claire MBADINGA, Madame Nicole SULU et Madame Aissa DOUMARA.

Session 3: Les jeunes sont engagés dans la promotion du genre pour une participation inclusive au développement en Afrique Centrale, une session modérée par  Madame Delphine NANA MEKOUNTE. Avec les interventions de Madame Marie Claude ANDTOUNGOU, le jeune député Bersol Exaucé NGAMBILI et Ange Laetitia AWALE ;

Session 4 : consacrée aux mécanismes de financement contribuant à l’accès aux droits et à l’autonomisation des femmes en Afrique Centrale a été modérée par le Conseiller politique du président de la commission de la CEEAC monsieur Okoko Esseau avec les interventions très remarquables de son Excellence François Lounceny Fall,  Représentant spécial et Chef du Bureau régional des Nations Unies pour l’Afrique centrale (UNOCA), de l’Ambassadrice Rosario BENTO PAIS, Représentante de l’Union Européenne au Gabon, pour la Guinée équatoriale, Sao Tomé-et-Principe et la CEEAC, de Madame Oulimata SARR, Directrice Régionale d’ONU Femmes, Bureau Afrique de l’Ouest et du Centre.

Après des longs et fructueux débats couronnés par des recommandations fermes, le Représentant Spécial du Secrétaire général des Nations Unies et chef du Bureau régional des Nations Unies pour l’Afrique centrale(UNOCA) son Excellence François Louncény Fall et  le Président de la Commission de la CEEAC, son Excellence Gilberto Da Piedade Verissimo ont clos les travaux en se félicitant du succès qui les a caractérisés et convaincus que les résultats escomptés ont été atteints à savoir : (a) la réalisation d’un plaidoyer pour une prise en compte effective de leurs besoins spécifiques et une meilleure protection des femmes dans la région en situation de pandémie à la COVID 19, (b) l’opportunité est désormais donnée à la Commission de faire connaitre les priorités dans le domaine de l’égalité femmes- hommes du Plan Stratégique Indicatif (2021-2025) de la CEEAC aux acteurs étatiques influents et non étatiques impliqués dans la promotion des femmes dans les instances de décision et la protection de leurs droits, (c) un pont est désormais établi entre les nouvelles générations de femmes et de filles leaders, des militants de l’égalité des sexes et les défenseurs et pionniers des droits de la femme qui ont joué un rôle prépondérant dans la vie de leurs communautés, (d) les femmes de la société civile ont exprimé les difficultés de terrains et (e) les actions des gouvernements, des académies, des instituts de recherche de la société civile et des hommes engagés à la promotion et l’autonomisation des femmes en Afrique Centrale ont été mises en exergue dans le cadre d’un échange de bonnes pratiques.

L’événement de ce jour illustre les nombreuses actions par lesquelles la CEEAC apporte son soutien à promouvoir les droits et l’autonomisation des femmes de la région, la participation des femmes au processus de paix, à faire des plaidoyers forts pour augmenter le nombre des femmes à des postes de décision dans la région.  Cette rencontre guidera un dialogue positif qui s’est établi durant cette conférence de haut niveau comme un modèle précieux pour nos interactions futures.