LA CEEAC BENEFICIE DE LA QUATRIEME PHASE DU PROJET REDISSE EN AFRIQUE

février 24, 2021

La Commission de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale (CEEAC) a obtenu un financement de la Banque Mondiale pour la mise en place du Projet Régional de Renforcement des Systèmes de Surveillance des Maladies en Afrique Centrale (REDISSE IV)  pour répondre aux lacunes et faiblesses constatées dans cette région en matière de la surveillance des maladies et les systèmes d’intervention et de la riposte aux épidémies. Ce projet vise à soutenir les efforts des pays pour à accroître la résilience des systèmes de santé animale et humaine afin de mieux prévenir et contrôler les épidémies de maladies infectieuses et de mettre en place les stratégies sanitaires régionales pour une meilleure organisation et utilisation optimale des ressources disponibles dans la sous-région.

Le Projet REDISSE IV est la 4ème phase des Projets REDISSE financé par la Banque Mondiale en Afrique.

Pays bénéficiaires du Projet REDISSE IV

Les trois premières phases se déroulent en Afrique de l’Ouest et en Mauritanie. En effet, la première phase du projet REDISSE a commencé en 2016 et se déroule en Guinée, Sierra Leone et le Sénégal. La deuxième phase du Projet REDISSE a été lancée en 2017 en faveur de la Guinée-Bissau, Libéria, le Nigeria et au Togo. La troisième phase du Projet REDISSE lancée aussi en 2017 se déroule au Bénin, au Mali, au Niger et en Mauritanie.

Les pays de l’Afrique Centrale présentent un risque très élevé d’épidémies de maladies infectieuses, en particulier d’origine animale (zoonoses). Les facteurs de maladies infectieuses émergentes et réémergentes dans la région de la CEEAC comprennent l’utilisation des terres, la déforestation et l’empiètement sur des habitats auparavant isolés de forêts pluviales où les humains peuvent être exposés à de nouveaux agents pathogènes et à des réservoirs animaux de maladies tels que le virus Ebola.

C’est dans ce contexte que la CEEAC a obtenu  ce financement pour répondre aux lacunes et faiblesses de la surveillance des maladies, de la préparation et des systèmes d’intervention dans tous les pays bénéficiaires afin de mieux prévenir et contrôler toutes les épidémies dans la région de la CEEAC.

La quatrième phase du Projet REDISSE en Afrique Centrale, qui a commencé  au mois de Juillet 2020, va durer 5 ans (2020 – 2024)  et les Etats membres de la CEEAC bénéficiaires de ce Projet sont la République de l’Angola, la République Centrafricaine, la République du Congo, la République Démocratique du Congo et la République du Tchad. Le Centre Régional de Santé Animale de la CEEAC, basé à N’Djaména/Tchad fait également partie intégrante des entités bénéficiaires du Projet REDSSE IV.

Le Projet, par le biais de la Commission de la CEEAC, va également soutenir les efforts des cinq pays précités pour harmoniser les politiques et les procédures; faciliter les pays à participer à la planification, à la mise en œuvre et à l’évaluation conjointes des activités du programme au-delà des frontières aux niveaux régional et national; favoriser le partage des ressources d’actifs spécialisés à coût élevé, tels que les laboratoires de référence et les institutions de formation et de recherche spécialisées.

La capacité de surveillance et de réaction des systèmes régionaux dépend d’une collaboration ouverte et de la force combinée des systèmes nationaux individuels, du niveau central au niveau communautaire. Ainsi, le programme REDISSE IV va renforcer la « chaîne de valeur» complète de la surveillance de la maladie et de la riposte du niveau communautaire le plus bas jusqu’aux niveaux du district, de la province / de l’État, du pays et de la région.

Le projet REDISSE IV est structuré autour de quatre (04) composantes qui renforceront collectivement la préparation et la réponse aux menaces émergentes pour la santé publique dans la région :

  1. renforcement des capacités de surveillance et de laboratoire pour détecter rapidement les épidémies;
  2. renforcement des capacités de planification et de gestion des urgences pour réagir rapidement aux épidémies;
  3. développement des capacités humaines en santé publique pour une surveillance efficace des maladies et une bonne préparation aux épidémies;
  4. renforcement des capacités institutionnelles, gestion du projet, coordination et plaidoyer.

L’Unité de Coordination et de Gestion du Projet REDISSE IV basée à Libreville, au Gabon, est composée des Experts qui sont  supervisés par le Service Santé, l’un des services du Département de la Promotion du Genre, du Développement Humain et Social de la Commission de la CEEAC.

HABIMANA Augustin, Spécialiste en Communication et Plaidoyer

Projet REDISSE IV/CEEAC