CEREMONIE DE LANCEMENT OFFICIEL DES ACTIVITES DU PROJET REGIONAL DE RENFORCEMENT DES SYSTEMES DE SURVEILLANCE DES MALADIES EN AFRIQUE CENTRALE, QUATRIEME PHASE (REDISSE IV)

octobre 21, 2021

KINTELE, le 14 octobre 2021 – Dans le cadre de la commémoration de la Journée de l’Intégration de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale (CEEAC), célébrée le 18 Octobre de chaque année, la Commission de la CEEAC, sous le haut patronage du Président de la Commission de la CEEAC, Son Excellence Ambassadeur Gilberto Da Piedade VERISSIMO, en collaboration avec Son Excellence Gilbert MOKOKI, Ministre de la Santé et de la Population de la République du Congo et Président en exercice de la Réunion des Ministres de la Santé des Etats membres de la CEEAC, a procédé au lancement officiel du Projet REDISSE IV dans tous les Etats membres bénéficiaires dudit Projet. Le lancement formel des opérations du projet s’est fait au travers d’une cérémonie solennelle qui s’est tenu le 14 octobre 2021 à Kintélé, en République du Congo. Celle-ci a fait suite à la réunion technique et la première réunion du Comité Régional de Pilotage qui ont eu lieu respectivement le 12 et le 13 octobre 2021 à Kintélé en République du Congo.

De gauche à  adroite : Dr Lucien Manga, Représentant de l’OMS au Congo, Madame Ouattara KOROTOUMOU, Représentante résidente de la Banque Mondiale en République du Congo, Son Excellence Monsieur Paul Valentin  NGOBO,  Ministre de l’Agriculture, de l’Élevage et de la Pêche de la République du Congo, Dr Ludovic FIOMONA TAMADEA, Coordonnateur de l’Unité de Coordination et de Gestion du Projet REDISSE IV, Mr Souley DIAGOURAGA,  Représentant de l’Ambassadeur de la CEEAC en République du Congo.

La cérémonie de lancement du Projet REDISSE IV a connu la participation en présidentiel des membres du Gouvernement Congolais, des présidents des commissions au Sénat et à la chambre  des représentants, des hauts cadres dans les différents départements gouvernementaux, du Coordinateur des Système des Nations Unies au Congo, de la représentante résidente de la Banque Mondiale au Congo et des ambassadeurs des pays membres de la CEEAC accrédités au Congo.

Etaient également présents les partenaires du secteur de la santé et du système des Nations Unies notamment : l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), l’Organisation Mondiale de la Santé Animale (OIE), le Fonds des nations Unies pour l’Enfance (UBICEF), le Fonds des Nations Unies pour la Population et de Développement (FNUAP), le Fonds des Nations Unies pour l’Agriculture (FAO), Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), le Programme Alimentaire Mondiale (PAM) d’une part.

D’autre part, par visioconférence y ont pris part les Ministres en charge de la Santé humaine, santé animale et santé environnementale dans les cinq pays bénéficiaires du REDISSE IV, les ambassadeurs des pays membres de la CEEAC accrédités au Congo et au Gabon, les représentants de la Commission de la CEEAC, etc.

Après le mot de Bienvenu du représentant de Mme le maire de Kintélé, les allocations de circonstance ont successivement été prononcées par :  i) Madame KOROTOUMOU Ouattara, Représentante résidente de la Banque Mondiale en République du Congo, ii) Dr Lucien Manga, Représentant de l’OMS au Congo et iii) Son Excellence Ambassadeur Gilberto Da Piedade VERISSIMO, Président de la Commission de la CEEAC.

Photo de Famille lors de la cérémonie de lancement du Projet REDISSE IV

Elles ont toutes rappelé que l’épidémie à virus Ebola qui a sévi en Afrique de l’Ouest en 2014 et 2015, les multiples flambés de 2016 et 2019, la récente flambée d’Ebola au nord Kivu en RDC, ont révélé que les pays de l’Afrique centrale présentent un risque très élevé de flambées de maladies infectieuses, en particulier les infections d’origine animale, communément appelées maladies zoonotiques.  Le bassin du Congo que partagent bon nombre de pays de notre sous-région, est qualifié de réservoir des maladies émergentes et réémergences. A cette menace due au virus comme Ebola, il faut ajouter d’autres pathogènes émergents qui ont déjà sévi dans la sous-région, telles que les survenues de la fièvre de Marburg en Angola, la récente épidémie de Chikungunya à l’Est du Tchad ou encore la pandémie en cours de la maladie à virus SARS-Cov-2.

Toutes ces épidémies mettent en lumière la menace des maladies à potentiel épidémique et l’importance de mettre en place des systèmes inter-Etats solides de surveillances des maladies. C’est dans ce cadre que la Banque Mondiale finance une série de projets régionaux intégrés, visant à renforcer les capacités intersectorielles nationales et régionales pour la surveillance collaborative des maladies dont le projet REDISSE IV en faveur de cinq pays de l’Afrique Centrale (Angola, RCA, Congo, RDC et Tchad) et qui fait suite aux phases I, II et III de REDISSE qui ont regroupé les 11 pays de la Communauté Economiques des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et en Mauritanie.

Deux exposés ont été fait à l’occasion de la cérémonie de lancement :

Le premier exposé a été présenté par Son Excellence Mme Kapinga-Yvette NGANDU, Commissaire chargée de la Promotion du Genre, du Développement Humain et Social de la CEEAC sur la contribution du projet REDISSE IV à la prévention et riposte contre les épidémies en Afrique centrale.

Mme la Commissaire a souligné que parmi les contributions attendues du projet REDISSE IV figurent notamment une synergie efficace dans la coordination régionale des actions de santé en faveur des populations de la communauté et l’élaboration des plans stratégiques régionaux, un mécanisme régional de mobilisation et de déploiement des ressources en cas d’urgence, l’opérationnalisation de l’Organisation de la Santé en Afrique Centrale (OSAC) pour assurer la pérennité des acquis du REDISSE IV et l’extension du Projet REDISSE aux autres Etats membres de la CEEAC pour permettre d’accélérer la réalisation de l’approche collaborative multisectorielle « Une Seule Santé » dans la sous-région.

Participants à la cérémonie de lancement du Projet REDISSE IV

Le second exposé a été fait par Mme Lombe KASONDE de la Banque mondiale sur le rôle des partenaires dans la mise en œuvre de l’Approche Une Seule Santé.

Dans son allocution de circonstance Son Excellence MonsieurPaul Valentin  NGOBO Ministre de l’Agriculture, de l’Élevage et de la Pêche, représentant Son Excellence Mr Gilbert MOKOKI, Ministre de la Santé et de la Population et Président du Comité Régional de Pilotage, a insisté sur la nécessité d’une bonne coordination des actions entre les autorités de santé publique, de santé animale et de santé environnementale pour une meilleure prévention et riposte contre ces maladies dans la sous-région et dont les habitants cohabitent dans un environnement qui est un réservoir des maladies infectieuses zoonotiques émergentes et ré-émergentes.

Il a saisi l’opportunité du lancement du Projet REDISSE IV pour faire un plaidoyer en faveur de la pérennisation du financement de la santé pour les ménages qui sont devenus vulnérables suite aux conséquences de la COVID-19.

L’extension du Projet REDISSE IV dans les Etats membres de la CEEAC sera d’une importance inestimable et contribuera à l’élaboration des stratégies sous régionales regroupant tous les pays de la Communauté, la gestion des mouvements transfrontaliers et la mise en œuvre efficace de l’approche une Santé.