Mot du Président de la Commission de la CEEAC à l’occasion de la célébration de la fête du travail

mai 1, 2021

Mesdames et Messieurs, 

En ce 1er mai marquant la fête du travail, et au respect d’un rituel bien connu de tous, il m’est particulièrement agréable de vous adresser ces quelques mots. 

Le travail est le symbole de la transformation de nos sociétés. C’est encore par le travail que les Nations, les Communautés et les continents se démarquent les uns des autres. Nous notons cependant que, depuis maintenant deux ans, l’humanité est frappée par la crise sanitaire de la COVID-19. Elle ralentit considérablement les efforts de croissance, creuse les inégalités et fragilise les conditions des travailleurs de par le monde. L’année dernière, à la même date, on lisait le pessimisme sur les lèvres même de la majeure partie des ardents défenseurs du travail et de ses idéaux.

Et, une fois de plus, cette crise du coronavirus empêche aux traditionnels défilés du 1er mai de se tenir. Dans les États membres de notre Région, comme dans tous les pays du monde entier, la réalisation des efforts des travailleurs ne peut plus avoir ses accents festifs habituels. Cependant, pour cette deuxième année consécutive, où la pandémie qui secoue le monde nous oblige encore à toute forme de distanciation sociale, je voudrais exhorter tous les travailleurs de la Région et, partant, ceux du monde entier à garder espoir.

Par le travail de nos chercheurs, par le travail de nos médecins et de tous le corps médical, par le travail de nos assistants sociaux, par le travail des hommes politiques qui sont bien souvent obligés de prendre des décisions courageuses, ensemble nous viendrons à bout de cette pandémie qui a tant endeuillé le monde. 

J’ai aujourd’hui une pensée forte pour tous ces valeureux travailleurs qui sont tombés dans l’exercice de leur travail pour préserver les populations, guérir les personnes atteintes et accompagner dignement celles et ceux qui ont perdu la vie.

J’éprouve aussi le vif désir de vous faire constater que, par notre volonté collective, par nos efforts, à chaque de l’échelle sociale, nous avons déjà su tirer de cette crise de nouvelles formes de travail pour maintenir l’activité économique dans nos Régions et dans nos localités. C’est pourquoi, bien que soumis à des contraintes sanitaires sévères, je vous réitère mon soutien et vous assure de ma détermination à marquer chacun de vos projets et programmes d’une volonté d’aboutissement.

Mesdames et Messieurs les Commissaires,

Chers collaborateurs, chers Experts,

Respectables artisans de l’intégration régionale,

Avec l’internationalisation qui s’ouvre devant nous, le travail que nous sommes amenés à produire n’est plus destiné à un groupe, une nation ou une communauté exclusive mais à l’ensemble de nos Etats membres qui attendent beaucoup de nous. Les défis auxquels nous sommes confrontés ne peuvent trouver de réponses fortes, fiables et durables que par l’implication de tous et de chacun à œuvrer à la résolution de ces challenges.

Reconnaissant ces attentes et convaincu de notre détermination à tout mettre en œuvre pour y parvenir, je formule le vœu d’une journée de commémoration affichée en prise de conscience de faire valoir notre travail. Nos missions auprès des acteurs du marché du travail de notre Communauté nous interpellent au respect des normes internationales du travail et à la promotion du travail décent. 

La CEEAC est en phase de mutation. Elle nous oriente vers un avenir meilleur. Nos partenaires techniques et financiers qui nous accompagnent attendent aussi de nous créativité, innovation et leadership.

Assuré des jours meilleurs qui s’offrent à nous, je souhaite à toutes et à tous,

         Un bon 1er Mai 2021 !

         Une joyeuse fête du travail !