Les pays membres de la CEEAC invités à s’engager au service d’une transition apaisée au Tchad

juin 4, 2021

KINTELE, 04 JUIN – Le Chef de l’Etat congolais, Président en exercice de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC), M. Denis Sassou-N’Guesso, a invité le 4 juin à Kintélé, dans le département du Pool, les pays membres de cette organisation sous régionale à s’engager au service d’une transition apaisée au Tchad.
Il a fait cette invite à l’ouverture de la première session extraordinaire de la conférence des Chefs d’Etat et de gouvernements de cette institution, dans le cadre du Conseil de paix et de sécurité de l’Afrique centrale (COPAX), en présence de ces homologues de la République centrafricaine (Rca), de la République démocratique du Congo (Rdc) et de l’Angola, MM. Faustin Archange Touandéra, Félix Antoine Tshisekedi Tchilombo et João Lourenço.

«Dans la phase délicate que traverse ce pays frère, nous devrions prendre toute la mesure des enjeux politiques, diplomatiques et sécuritaires pour notre communauté et avoir à l’esprit leur importance géostratégique pour l’avenir de toute notre sous-région», a souligné M. Sassou-N’Guesso.

Par ailleurs, il a regretté la position de la communauté internationale face à l’appel sur la crise sécuritaire au Tchad et dans l’ensemble des pays du Sahel, ayant conduit à la mort de l’ancien président tchadien, le maréchal Idriss Déby Itno.

Aussi, il a déploré la dispersion des initiatives dans le dossier libyen ainsi que le manque de coordination observé entre acteurs et protagonistes, sans oublier les velléités obstinées de marginalisation de l’Afrique. «La persistance de ces différents facteurs perpétue un statu quo préjudiciable qui montre aujourd’hui le réel risque d’une situation qui accentue la souffrance de nos frères et sœurs libyens», a fait remarquer le Chef de l’Etat congolais.

Intervenant à cette session, le président de la commission de l’Union africaine (Ua), M. Moussa Faki Mahamat, a souhaité la mobilisation des efforts nationaux et internationaux dans les délais impartis pour la résolution de la crise tchadienne.

Pour sa part, le président de la Commission de la CEEAC, l’Ambassadeur Gilberto Da Piedade VERISSIMO, a précisé que cette session extraordinaire devrait accorder une place primordiale à la prévention structurelle des conflits dans la sous-région, ce qui permettrait l’amélioration de la gouvernance.

Cette session extraordinaire de la CEEAC, organisée dans le cadre du COPAX, a obéi à la mission de cette organisation sous régionale, qui consiste entre autres à favoriser le dialogue politique dans la sous-région, à établir des politiques sectorielles communes, ainsi qu’à promouvoir et à renforcer une coopération harmonieuse pour un développement équilibré et auto-entretenu dans les domaines divers.

Créée en 1983, la CEEAC compte 11 pays membres, à savoir le Congo, la Rdc, la Rca, l’Angola, le Burundi, le Rwanda, la Guinée équatoriale, le Cameroun, Sao Tomé-et-Principe, le Gabon et le Tchad.

(SOURCE : AGENCE CONGOLAISE d’INFORMATION)