Discours de SEM L’Ambassadeur Gilberto da Piedade VERÍSSIMO, Président de la Commission de la CEEAC au lancement du concours de l’Hymne et de la Devise de la Communauté

octobre 13, 2021

12 octobre 2021

Excellences, Mesdames et Messieurs les Ministres des États membres de la CEEAC ;

Excellences, Mesdames et Messieurs les membres du Comité des Représentants de la CEEAC ;

Excellence Madame la Vice-Présidente de la Commission de la CEEAC ;

Excellences, Mesdames et Messieurs les Commissaires de la Commission de la CEEAC ;

Excellences, Mesdames et Messieurs membres du Corps Diplomatique ;

Excellences, Membres du Comité Scientifique du Concours pour l’Hymne et la Devise de la Communauté Économique des Etats de l’Afrique Centrale;

Mesdames et Messieurs membres du Personnel de la CEEAC ;

Distingués invités ;

Tout protocole observé,

Le Traité révisé instituant la CEEAC prévoit que la Communauté se dote de plusieurs symboles : un drapeau, un hymne, une devise et une journée de l’intégration, fixée statutairement le 18 octobre de chaque année.

L’année 2020 a été celle de la première célébration de la journée de l’intégration sous le thème : La CEEAC à la croisée des chemins vers l’intégration régionale.

Pour cette année 2021, nous avons choisi de mettre cette journée sous le thème de :

« La CEEAC à la croisée des chemins :

Passer et Reprendre le relais de l’intégration régionale ».

Il est grand temps de prendre sérieusement conscience, et de transmettre aux jeunes générations, les trésors de cette intelligence sensible, intellectuelle, spirituelle, qu’est l’intégration régionale au service d’un développement humain fondé sur l’équité sociale et le respect de notre environnement dans un espace régional de paix et de sécurité.

Il nous appartient donc de développer des symboles pour la Communauté qui :

– portent l’histoire de la région,

– éveillent nos sens,

– dévoilent notre monde et

– révèlent pleinement notre identité.

A cette fin, doter la Communauté d’un hymne et d’une devise nous a paru primordial.

Notre attente, dans le fond, d’un hymne et d’une devise est grande. A travers les relations entretenues entre les mots, les sentiments, l’imagination et la réalité, ces emblèmes doivent pouvoir, a minima, conserver et communiquer à chaque citoyens de l’Afrique centrale :

– une détermination à se dresser contre tout ce qui pourrait menacer la paix, la sécurité et la prospérité de la région ;

– un enracinement dans ces valeurs endogènes qui nous donnent une ouverture aux autres et à la modernité conquérante ;

– l’évidence d’une union régionale par le dépassement des diversités nationales ;

– une mémoire vivante de son histoire ; non pour entretenir des méfiances à l’égard des autres membres de la Communauté mais pour servir l’idéal intégrateur de non-indifférence, de solidarité, d’assistance mutuelle, de complémentarité, de loyauté et d’égalité de genres, selon « les principes fondamentaux » inscrits dans notre Traité révisé.

Excellence Mesdames et Messieurs,

Chers participants,

Pour mener à bien cette entreprise, la Commission de la CEEAC invite les experts, scientifiques, philosophes, chercheurs, artistes qu’ils soient sculpteurs, concepteurs sonores et visuels, vidéastes, performeurs ou metteurs en scène, à composer et proposer des emblèmes susceptibles d’être versés dans notre patrimoine régional sans limitation de durée, pourvu que ces symboles contribuent à forger l’identité de la Communauté.

Peut-être est-il ici important d’expliquer pourquoi ouvrir un tel concours participe au bien commun.

L’Agenda 2063, l’Afrique que nous voulons, nous y engage. Il s’agit, notamment, de mettre l’accent « sur la mobilisation des populations et leur appropriation des programmes du continent ; le principe d’auto-dépendance (…), le rôle essentiel des Communautés économiques régionales en tant que pierres angulaires de l’unité du continent, (…) d’une vision panafricaine durable pour une « Afrique intégrée, prospère et pacifique, dirigée par ses propres citoyens, et représentant une force dynamique sur la scène mondiale. »

Nous devons, dans tous les gestes du quotidien, recourir aux « voix convergentes qui donnent une idée de ce que nous souhaitons pour nous-mêmes, pour les générations futures et pour le continent », si nous voulons nous donner le maximum d’opportunités pour voir aboutir une « unité et une intégration, dans un continent de citoyens libres et d’horizons élargis, où les femmes et les jeunes tous sexes confondus, réalisent tout leur potentiel » !

« Cela exige des efforts conscients et délibérés visant à favoriser un esprit d’initiative qui suscite la transformation pour diriger les programmes et défendre les intérêts de l’Afrique. »

Excellences, Mesdames et Messieurs,

Les productions qui seront recueillies seront destinées à l’ensemble de la Communauté régionale. Donc, ces productions devront représenter le plus haut niveau culturelle et scientifique de notre Communauté dans l’actualité sans perdre la richesse du passé de nos peuples. Pour être appréciées à leur juste valeur, nous avons fait la sélection d’un comité scientifique formé de personnalités qualifiées, d’experts, d’intellectuels et de chercheurs dont les travaux ne font l’objet d’aucune contestation. Ces personnes ressources ont vocation à apporter un éclairage multiforme à l’appréciation des productions.

Nous allons, dans les minutes qui suivent, vous présenter quelques-uns d’entre eux, ainsi que le processus de sélection qui nous permettra de retenir ces symboles qui auront la responsabilité de valoriser notre pluralisme régional.

Je vous remercie.