COMMUNIQUE DU PRESIDENT DE LA COMMISSION DE LA CEEAC SUR LES RECENTES ATTAQUES DES FORCES REBELLES DU M23 CONTRE LES POSITIONS DES FARDC ET DE LA MONUSCO DANS LA PROVINCE DU NORD-KIVU

mai 26, 2022

Libreville, 25 mai 2022

Le Président de la Commission de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale (CEEAC), Son Excellence l’Ambassadeur Gilberto da Piedade VERISSIMO, a appris avec grande déception les attaques perpétrées dans la province du Nord Kivu par les forces rebelles du Mouvement du M23 contre les positions des Forces Armées et de Défense de la République Démocratique du Congo (FARDC) et celles de la Mission de stabilisation des Nations Unies au Congo (MONUSCO). Commencées le 24 mai à Rutshuru, ces attaques se sont étendues et poursuivies près de la ville de Goma le 25 mai 2022, entrainant d’importants déplacements de populations qui viennent compliquer davantage la situation humanitaire précaire dans cette partie de la région des Grands lacs.

Tout en condamnant avec la plus grande énergie et réprobation ces attaques totalement injustifiées au moment même où sont conduites des négociations avec des groupes rebelles sous l’égide de la Communauté des Etats de l’Afrique de l’Est pour mettre fin à l’insécurité dans l’Est de la République Démocratique du Congo (RDC), le Président de la Commission de la CEEAC exprime ses vives condoléances aux familles éprouvées, son soutien aux blessés et la solidarité de toute la Communauté, en ces circonstances éprouvantes, au gouvernement et au peuple de la RDC.

Alors que les Etats africains se concertent à Malabo en Guinée Equatoriale dans le cadre d’un sommet extraordinaire de l’Union Africaine pour explorer, entre autres, les voies et moyens d’assumer collectivement leur responsabilité humanitaire, le Président de la Commission tient à exprimer sa solidarité avec les nouvelles victimes de la migration forcée suite à la persistance de l’insécurité dans l’Est de la RDC. Il saisit cette occasion pour appeler les forces armées de la RDC et les contingents de la MONUSCO à garantir au mieux la protection des personnes civiles déplacées à travers la sécurisation des sites de leur regroupement, conformément aux textes régionaux et internationaux pertinents.

Le Président de la Commission de la CEEAC saisit enfin cette occasion pour appeler les forces du Mouvement du M23 au respect des principes du droit humanitaire international et à abandonner définitivement la voie des armes pour s’associer aux autres forces rebelles engagées dans le processus de Nairobi en vue de la recherche d’une solution à la fois pacifique et durable à la crise sécuritaire et humanitaire qui mine l’Est de la RDC depuis plus d’une décennie maintenant.