Une délégation conduite par Son Excellence Mme MFOULA Marie Thérèse Chantal, Secrétaire général adjoint en charge du Département Intégration Physique, Economique et Monétaire et composée des Messieurs SAMBIA Christian, Expert Fiscalo-Douanier et QUENUM Philibert, Consultant Expert Economiste des Transports, a pris part à l’Assemblée Générale annuelle du Programme de Politique de Transports en Afrique (SSATP), qui s’est tenue à Victoria Falls ( Zimbabwe) du 25 au 29 novembre 2019.

L’Assemblée annuelle 2019 avait le thème : « Positionner l’Afrique pour un Agenda Post 2020 durable en matière de sécurité routière » et était organisée par la Commission de l’Union Africaine (CUA) – la Commission Economique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA) en collaboration avec le Gouvernement de la République du Zimbabwe.

les représentants des Etats membres du SSATP, les Communautés Economiques Régionales, les Partenaires Techniques et Financiers (Banque Mondiale, BAD, UE, AFD, GIZ, coopération Néerlandaise, Suisse ou SECO, ….) et les représentants de la société civile (transporteurs) y ont pris part.

L’objectif principal de la réunion était de faire une évaluation du Programme de développement n°3 (DP3) mis en œuvre pour la période 2015 - 2020, et de jeter les bases d’élaboration du Programme de Développement n° 4 (DP4), pour la période 2021-2025.

TRANSP REG 02 550La cérémonie d’ouverture a été ponctuée par quatre allocutions qui ont souligné le rôle vital joué par les transports pour le développement économique des pays. Les orateurs se sont appesantis sur les acquis du DP3 fondé sur 3 piliers (Intégration régionale et connectivité, mobilité urbaine et sécurité) et se sont félicités des résultats obtenus en matière de facilitation des transports et des échanges commerciaux, du partage des connaissances grâce à un réseautage mis en place, de même que les avancées enregistrées en matière de mobilité urbaine et de sécurité urbaine.Ils ont préconisé la reconduction de ces piliers dans le DP4 en cours d’élaboration.

Les participants ont été répartis en 3 groupes suivant les 3 piliers du DP3. La délégation de la CEEAC a particulièrement pris part aux travaux du 1er Groupe sur l’Intégration Régionale, la connectivité et la Cohésion, puis a été membre  en plénière de la Table Ronde sur ce pilier et a suivi la table ronde dédiée à la sécurité routière et la mobilité urbaine.

S’agissant de l’Intégration régionale, dans le cadre du DP3 actuellement mis en œuvre, les participants ont souligné la nécessité d’introduire les transports dans la planification urbaine, une meilleure gestion du patrimoine routier, d’adopter une des politiques de transports résilientes au changement climatique et l’introduction des TIC pour l’organisation d’un transit simplifié, de même que d’autres facilitations des transports et le développement du transport multimodal et le développement du transport aérien.

Dans le cadre la Table ronde sur le Programme de Développement n°4 (DP4) dans le domaine de l’intégration régionale et la connectivite, Madame MFOULA Marie Thérèse Chantal, membre du Panel a pris la parole pour indiquer que la sous-région Afrique Centrale s’oriente désormais vers les corridors de développement économique. Tout en remerciant le programme SSATP pour la mise à disposition d’un consultant de longue durée, et deux autres consultants de courte durée dès  février 2020, chargé de l’élaboration d’une politique régionale de facilitation des échanges commerciaux et des transports,  elle a sollicité une plus grande prise en compte de la sous-région dans l’élaboration de ce programme notamment dans la gestion des Postes de contrôle Uniques frontaliers (celui de NTAM du projet Keitta – Djoum sur le  Corridor Yaoundé –Brazzaville, celui sur le corridor Bamenda –Enugu et ceux projetés sur le Corridor de Développement 14 relatif la construction d’un pont sur l’Ougangui entre Bangui et Zongo et l’aménagement de la route Zongo – Kisangani –Bujumbura et Kisangani-Kampala).

TRANSP REG 03 550Parlant du transport multi –modal, Madame le Secrétaire général adjoint de la CEEAC a cité le  projet de construction du Pont Route sur le fleuve Congo entre Kinshasa et Brazzaville et le prolongement du chemin de fer de Kinshasa à Ilobo, de même que la navigation sur le fleuve Congo et ses affluents Oubangui et Sangha. Elle a profité de cette opportunité pour inviter les Partenaires présents à prendre part à la table ronde des bailleurs pour ce projet et celui de l’aménagement de la route Ouesso –Bangui –Ndjamena ( CD13), prévu pendant la 2e quinzaine de février 2020. Enfin, elle a également évoqué la nécessité de l’amélioration de l’offre des transports des bassins de production vers les lieux de commercialisation, et un appui aux femmes, très engagées dans le commerce transfrontaliers des marchandises et qui connaissent de grandes difficultés. Il s’agira donc de moderniser et d’améliorer le secteur des transports, de réduire les coûts des transports et logistiques qui ont un impact négatif sur les coûts finaux des marchandises.

La dernière articulation de la Réunion portant sur la Table Ronde sur la Sécurité Routière a vu les performances du système actuel présentées de même que les grands défis relativement à la qualité des infrastructures, la qualité des véhicules et le défis humain (comportement des conducteurs, des usagers et autres). En outre, la nécessité de sensibilisation de formation des jeunes  a été préconisée  de même que l’introduction des « golden hours » (méthodes visant à sauver des vies  par des interventions immédiates, aussitôt que surviennent les accidents). Enfin, l’élaboration des politiques et  actions matérielles pour lutter contre les accidents et instaurer la sécurité routière a été soutenue par les participants et la reconduction de ce pilier, au regard du taux des accidents dans la région.

Les bailleurs de fonds ont insisté sur la nécessité pour les Pays et le CER de contribuer au financement du SSATP. A cet effet, une réflexion sera menée, les parlements nationaux seront saisis, en vue de donner une réponse lors de la prochaine Assemblée générale. Aussi, le SSATP devra saisir préalablement les Gouvernements des Etats membres et les exécutifs des CER. Le Cameroun et le Bénin ont manifesté leur volonté pour abriter la prochaine Assemblée générale du SSATP.

En marge des assises la délégation du Secrétariat Général de la CEEAC a eu des entretiens avec les responsables du SSATP et de la BAD pour examiner des questions d’intérêts communs, notamment des dossiers pendants, et avec la Représentante de l’UNEP qui a proposé la collaboration dans le domaine des transports urbains et l’environnement.

https://ssl.gstatic.com/ui/v1/icons/mail/images/cleardot.gif