6 mai 2019, Dakar, Senegal: Des experts et des institutions de développement africains entament une réunion de cinq jours dans la capitale sénégalaise, Dakar, pour tisser des stratégies et des mécanismes de prestation de services sous la bannière du Programme de Support pour une Surveillance mondiale pour l'environnement et la sécurité en Afrique également appelé GMES et l’Afrique. 

Une initiative conjointe de la Commission de l'Union africaine et de la Commission européenne, ce Programme vise à répondre aux besoins croissants des pays africains en matière d'accès et d'utilisation des données d'observation de la Terre (OT) pour la mise en œuvre de politiques de développement durable, la gestion de l'environnement et des ressources naturelles, ainsi que le suivi des opérations humanitaires en Afrique.  

GMES et l'Afrique s'appuie sur les aspirations de l'Agenda 2063 pour l'Afrique, c’est à dire celles d’une Afrique prospère, pacifique et intégrée, et d’un programme spatial africain robuste et réactif. GMES et l’Afrique se concentre sur des domaines thématiques reflétant les priorités de développement de l'Afrique soit, pour la période actuelle, l'eau et les ressources naturelles. Il est mis en œuvre par des consortiums d'institutions régionales et nationales à travers le continent. 

La réunion de Dakar, à laquelle participent également des représentants des communautés et organisations économiques régionales de l'UA et des institutions techniques européennes a connu une participation active de la CEEAC avec Monsieur Narcisse ODOUA, Responable du systeme dinformation sur l'EAU de la CEEAC. Cet atelier va permettre de discuter et de fournir des solutions à la mise en œuvre des quatre piliers de GMES et de l'Afrique, à savoir l'infrastructure et les données, les produits et services, la formation et le développement des capacités, ainsi que la sensibilisation et l'engagement. 

GMES 550 01Le Dr. Tidiane Ouattara, Coordonnateur du Programme pour la Commission de l’Union Africaine, également Expert en sciences spatiales, décrit la réunion comme une occasion pour les participants qui proviennent de différents horizons thématiques de partager leurs expériences et de se forger de meilleures idées sur la conception et le développement des services relatifs à l'eau et aux ressources naturelles : « Il va leur permettre de planifier ensemble des activités de formation et de renforcement des capacités, de piloter l'opérationnalisation des Outils et Technologies de l’Information et de la Communication, et la mise en place des systèmes de gestion de l'information et de la communication créés pour faciliter une communication transparente entre les parties prenantes ", observe-t-il. Certaines des institutions et experts qui travaillent sous la bannière GMES et de l'Afrique ont une vaste expérience de la fourniture de services dans les quatre piliers thématiques du programme. Il est prévu qu’ils utilisent la réunion de Dakar pour diffuser des idées et des modèles de meilleures pratiques à leurs pairs. 

GMES et l'Afrique a été lancé en novembre 2016 et il devrait durer jusqu’en octobre 2020, à la suite de consultations à l'échelle continentale et internationale sur les besoins et les priorités de l'Afrique en vue d'exploiter les données et informations d'observation de la Terre pour tirer parti du développement durable sur le continent. Le programme est financé par la Commission européenne à hauteur de 30 millions d'euros et il est mis en œuvre par la Commission de l'Union africaine dans le cadre d'un appel à propositions ouvert aux institutions africaines qui reçoivent des subventions pour fournir des services aux communautés d'utilisateurs.