Rapport succinct de la participation du Secrétaire général adjoint de la CEEAC Chargée du Département Intégration Physique, Economique et Monétaire au 5ème Comité de Pilotage du Programme d’Appui à la Consolidation du Cadre d’Action pour le Partenariat UE-Afrique sur le Coton (Programme Coton ACP-UE), 21ème Comité d’Orientation et de Suivi de Partenariat UE – Afrique sur le Coton (COS-coton) et 26 et 27 Octobre 2016, Maison ACP de Bruxelles, Belgique.

       I.            INTRODUCTION

L’an deux mille seize et les vingt et six et vingt et sept du mois d’Octobre, se sont tenus à Bruxelles au siège des ACP, respectivement le 5ème Comité de Pilotage du Programme d’Appui à la Consolidation du Cadre d’Action pour le Partenariat UE-Afrique sur le coton (Programme Coton ACP-UE) et le 21ème Comité d’Orientation et de Suivi de Partenariat UE – Afrique sur le Coton (COS-coton). La Communauté Economique des États de l’Afrique Centrale (CEEAC) était représenté à ces réunions par Mme Marie Chantal MFOULA, Secrétaire générale adjointe chargée du Département Intégration Physique, Economique et Monétaire, assistée du Docteur Baschirou Moussa Demsa, cadre d’appui du Service de l’Agriculture au sein de ladite institution. Etaient également présents les représentants de :

−       ACA (Association Cotonnière Africaine),

−       ACTIF (African Coton & Textile Industries Federation),

−       AProCA (Association des Producteurs de Coton Africains),

−       C4 (Cotton four constitués du Benin, Burkina Faso, Mali et Tchad),

−       CCI/ITC (Centre du Commerce International),

−       CEDEAO (Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest),

−       CE/DEVCO (Commission Européenne/Développement et Coopération de l’aide européenne),

−       CIRAD (Centre International pour la Recherche Agronomique pour le Développement)

−       CNUCED (Conférence des Nations Unies sur le Commerce et le Développement),

−       COMESA (Common Market for Eastern and Southern Africa),

−       FAO (Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture),

−       MoZaZiMa (Mozambique, Zambie, Zimbabwe, Malawi),

−       NEPAD (Nouveau Partenariat pour le Développement de l’Afrique),

−       UA (Union Africaine)

−       UGP (Unité de Gestion du Programme Coton ACP – UE),

−       UEMOA (Union Economique et Monétaire Ouest Africaine)

 

Les représentants issus des ambassades du Burkina, du Burundi, du Cameroun  du Mali et de la Zambie  ont également participé aux travaux de ces réunions.

La réunion du cinquième comité de pilotage du Programme Coton ACP – UE était présidée par le Secrétaire général adjoint des ACP alors que celle du 21ème COS – COTON s’est tenue sous la présidence du Benin. Les principaux points inscrits à l’ordre du jour de ces deux réunions étaient centrés sur :

 

·        La validation du compte-rendu du 4ème comité de pilotage, résumé des décisions prises et actions effectuées

·        Les actions restantes pour consolider les résultats et assurer le phasing out du Programme, avant l’atelier final de diffusion des résultats Présentation de l’état de la mise en œuvre technico-administrative du Programme d’ici 2017 et des points d’arbitrage – UGP 

·        L’innovation et la recherche cotonnière en Afrique : diagnostic et perspectives, 

·        Les principaux éléments de l’évaluation, recommandations et perspectives,

·        La validation du compte-rendu du 20ème COS COTON, résumé des décisions prises et actions effectuées

·        La situation actuelle des points focaux régionaux, la mise en œuvre et le suivi des stratégies régionales coton,

·        La présentation de la Feuille de Route Panafricaine sur le Coton (FRPC) et de l’état d’avancement de l’expertise court-terme portant sur la programmation de sa mise en œuvre dans la 2ème décennie des PNIA, PRIA et du PDDAA,

·        Le niveau d’engagement des Communautés Economiques Régionales et de la CUA/NEPAD sur le coton africain et le cadre des interactions institutionnelles - Cadrage politique et opérationnalisation de la Feuille de Route Panafricaine pour le Coton

·        Dispositions à prendre pour la finalisation du Programme coton et appropriation des outils développés avec le CCI, capitalisation des résultats et des acquis des actions de la FAO et du CCI,

·        Dates des prochaines réunions et divers.

     II.            DEROULEMENT DES TRAVAUX

Les représentants des différentes parties prenantes qui ont pris part aux travaux se sont tous exprimés sur les sujets inscrits à l’ordre du jour et leurs prises de parole se résument de la manière suivante :

1.                Le Secrétaire général adjoint des ACP qui avait la charge de la modération des débats, et lors de l’ouverture de la 5ème réunion du Comité de Pilotage du Programme Coton ACP – UE, a réitéré l’objectif poursuivi qui est celui de faire le point sur les résultats atteints par le Programme ainsi que sur les activités principales restant à mener pour bien assurer la fin du Programme.

2.                La FAO a présenté les activités qui relèvent de son portefeuille et qui se sont déroulées principalement dans la région de la CEDEAO et du COMESA avec un taux d’exécution allant au-delà des 100%. A la demande de la Représentante de la CEEAC , de savoir les raisons de la non inclusion des pays de la CEEACà ce programme, il a été prévu que les résultats obtenus par la FAO devraient être capitalisés, valorisés et diffusés notamment au Tchad  et au Cameroun par l’association des Producteurs de Coton Africain (APROCA).

3.                La présentation de l’ITC a mis l’accent sur la promotion du coton africain et les principales stratégies et actions développées pour la commercialisation de cette commodité à travers le monde en limitant notamment les effets de la contamination.L’ITC a indiqué avoir reçu une demande officielle du C4 pour élaborer et mettre en œuvre un nouveau projet appelé “Route du Coton” en vue de : 

−       l’amélioration de la compétitivité interne des entreprises 

−       l’amélioration de la logistique pour le coton graine et la fibre 

−       la certification ISO des entreprises 

−       le développement/amélioration des produits dérivés du coton (huile de coton et tourteaux) et de sa commercialisation dans la sous-région 

4.                Les responsables de l’Unité de Gestion ont présenté l’état d’avancement du Projet avec six actions mises en œuvre et un contrat annulé au niveau de l’UEMOA pour faute de temps due à des contraintes procédurales. Pour permettre la finalisation des activités, ils ont demandé une prorogation des contrats pour que les agences d’exécution terminent les activités prévues, et rédigent leurs rapports finaux. L’UGP à son niveau doit (1) assurer le suivi et la finalisation des expertises à court-terme, (2) consolider l’ensemble des résultats (rapport analytique), (3) organiser un évènement final (COS/CP et un atelier de diffusion dans un pays africain (fin mars 2017), (4)  élaborer le rapport final du programme et autres dispositions annexes, (5) participer aux réflexions et propositions sur l’après-programme.

5.                Les représentants des Communautés Economiques Régionales (CEDEAO, CEEAC, COMESA, MoZaZiMa, UEMOA) se sont tous félicités de l’aide apportée par l’Union Européenne pour développer la filière cotonnière en Afrique dans le cadre du programme coton ACP – UE dont les activités ont été menées non seulement par l’Unité de Gestion du Projet, mais également par le canal des agences d’exécution que sont la FAO et l’ITC. Ils ont toutefois exprimés le regret qu’il ait un malentendu sur le statut des Points Focaux Régionaux Coton qui ont été recrutés et mis à la disposition des CER par l’ITC. Ces derniers devraient en principe être réabsorbés dans les effectifs des Communautés Economiques Régionales pour assurer la pérennisation des activités. Cela n’a pas été le cas pour des raisons diverses inhérentes à chacune des Communautés.

6.                 Concernant la CEEAC, Mme Marie Chantal MFOULA a rappelé que son organisation s’engage néanmoins à s’approprier les acquis du projet et à les viabiliser. Au regard des réformes institutionnelles en cours, et fort de l’appui du NEPAD dans le cadre de la continuation du processus PDDAA, des solutions seront trouvées et dériveront du document du PRIASAN et des projets et programmes qui en découlent et qui sont en voie de reformulation. Elle a indiqué qu’au niveau des trois pays concernés par le programme (Burundi, Cameroun et Tchad), les ateliers de formation sur l’approche Value Links et la conduite de la concertation au sein de la filière coton ont été organisés. Ces pays se sont également engagés à organiser des assemblées générales constitutives pour la création des interprofessions de la filière coton – textile – confection. La CEEAC et ses pays membres sus – cités élargis à l’Angola et à la RCA, demandent à l’Union Européenne d’apporter son appui à la mobilisation des moyens financiers et de l’expertise nécessaires pour le développement de cette filière au niveau de cette région.

7.                Les représentants de la Commission de l’Union Européenne se sont félicités des résultats obtenus par le projet mais s’inquiètent du niveau de l’appropriation au niveau des Etats Membres et des Communautés Economiques Régionales. Ils ont demandé qu’une réflexion soit menée dans ce sens pour amener les décideurs à financer les requêtes des pays africains dans le prolongement de ce projet. 

8.                Lors de l’ouverture de la 21ème réunion du Comité d’Orientation Stratégique du Coton (COS COTON) le président de séance a indiqué que celle –ci avait pour but de clarifier la situation des Points Focaux Régionaux Coton (PFRC), leur attachement institutionnel et la mise en œuvre/suivi des stratégies régionales coton-textile-habillement. Il en est également de la situation de la Feuille de Route Panafricaine sur le Coton (FRPC) et de sa programmation pour sa mise en œuvre dans la 2ème génération des PNIA, PRIA et du PDDAA dans son ensemble. Il a enfin insisté sur les dispositions à prendre pour la finalisation du Programme coton (appropriation des outils développés par les agences d’exécution (CCI et FAO), ainsi que la capitalisation des résultats, des acquis et des actions qui en résultent.

9.                Les experts du NEPAD ont présenté la Feuille de Route Panafricaine pour le Coton dont l’objectif est de créer des conditions propices à la mise en œuvre d’une stratégie panafricaine pour relever les défis du secteur coton et contribuer à la lutte contre la pauvreté, à la création d’emploi, à l’aménagement du territoire et à la sécurité alimentaire et nutritionnelle, dans le contexte de la deuxième génération des PNIASAN, PRIASAN et du PDDAA

 

  III.            OBSERVATIONS, RECOMMANDATIONS ET SUGGESTIONS

 

A.    Observations

−       A la suite de la fin du contrat et du départ définitif en décembre 2015, du Point Focal mis à disposition de notre organisation par le Centre de Commerce International, le Secrétariat Général de la CEEAC n’a pas pris part aux différentes activités du programme d’appui à la filière coton, dans le cadre du Partenariat UE-Afrique.

−       Les Organisateurs ont apprécié le niveau élevé de la représentation du Secrétariat Général de la CEEAC à ces assises, de même que les avancées enregistrées récemment avec l’organisation récente à Kigali, du 12 au 14 Avril 2016, d’un Atelier de formation sur «les chaines de valeurs ou value links ». ils se sont également félicités de l’engagement pris par les Etats d’organiser des Assemblées générales constitutives pour la création des interprofessions pour la filière coton –textile-confection au niveau des pays de l’Afrique Centrale qui sont concernés par le projet. Il y a lieu de rappeler que l’atelier de formation sur les chaînes de valeur dans le cadre de la mise en œuvre de l’Accord de financement signé entre la CEEAC et la Commission de l’UE (DEVCO) et impliquant le Secrétariat général du Groupe des Etats ACP, ont été organisés au Cameroun et au Tchad en novembre 2015 et Mars 2016 2016.

−       Il est attendu de la CEEAC, la mise en place des interprofessions coton au Tchad, au Burundi et au Cameroun, avant la fin du projet et les rapports financiers sur ce projet sont attendus.

−       De manière générale et particulièrement en Afrique de l’ouest, l’évaluation du projet laisse apparaitre une amélioration de la productivité et la nécessité de capitaliser sur les acquis et de s’orienter vers la transformation, l’industrie du coton.

B.    Recommandations

−       Il a été recommandé aux CERs de faire connaitre à leurs Etats membres, les cadres régionaux et continentaux adoptés dans le secteur Coton, en vue de la concrétisation au niveau national des décisions prises ;

−       l’engagement politique des Etats a été préconisé pour la dynamisation des différents axes de ce secteur, ainsi que l’amélioration des politiques cotonnières locales (le suivi devant être assuré par les Ministères en charge de l’Agriculture et ceux en charge du Commerce), assurer une meilleure coordination des initiatives entre les différents acteurs, assurer le suivi –évaluation, et impliquer et travailler avec le secteur privé ;

−       le Représentant de l’UE a souligné la nécessité pour le Gouvernement du TCHAD, d’accorder un soutien financier à la filière coton qui connait un grand marasme) ;

−       la mise en place des pôles de développement dans les Zones cotonnières, l’accompagnement de l’amélioration des filières, le renforcement des échanges d’expériences entre les interprofessions. 

C.     Suggestions

Au regard de tout ce qui précède, il serait indiqué, sauf meilleur avis, de mener les actions ci –après :

−       Procéder à l’ancrage institutionnel d’une unité coton au sein du Secrétariat général constitué de plusieurs cadres et coiffée par un Coordonnateur, afin de prendre le relais de l’action menée préalablement par ITC ou CCI (Centre du Commerce International), qui avait mis à disposition des Point Focaux Coton, et capitaliser les acquis de ce projet. Les points focaux devront jouer un rôle important dans le processus de finalisation de la Feuille de Route Panafricaine du Coton, ainsi que dans le Comité restreint CUA/NEPAD/CERs, pour l’élaboration d’un projet d’investissement dans ce secteur.

−       Mettre un accent sur le coton pour en faire un système de production, au regard des différents axes transversaux de la filière associant également des cultures de rotation, et insérant ainsi cette importante spéculation dans un système de production intégré afin de garantir la sécurité alimentaire, l’évolution vers une plateforme multi-acteurs « coton cultures de rotation» prévue par le PDDAA 2025 ;

−       Insérer la Feuille de Route Panafricaine sur le Coton(FRPC) dans la 2e Génération du PRIASAN (2025) et des PNIASAN, en définissant un cadre global de financement pour faire avancer la filière coton, et prendre part aux activités du  Groupe de travail restreint CUA/NEPAD /CER élargi pour l’insertion de cette FRPC dans le PDDAA (notamment l’élaboration des PNIASAN et PRIASAN  de la 2e Génération) ;

−       Réactualiser et élaborer à ce titre, les PNIASAN et le PRIASAN de la région de l’Afrique Centrale ;

−       Mettre en place les interprofessions du coton et apprêter les Etats financiers sur le projet de partenariat UE –CEEAC sur le coton.

  IV.            CONCLUSION

1.     Les moyens mis à la disposition du programme coton ACP – UE pour la mise en œuvre des activités y relatives ont produits des résultats escomptés mais la domestication de la valeur ajoutée qui en résulte n’est pas encore acquise car l’ancrage institutionnel de la filière reste un défis à relever.

2.     Compte tenu de la nouvelle orientation du 11ème FED, l’appui à la filière doit se densifier en tenant compte du contexte lié aux changements climatiques, aux aspects migratoires, et de la dynamique du couple public – privé.

3.     Le coton est une filière génératrice des emplois, des revenus et permet donc de lutter contre la pauvreté et doit contribuer à développer la résilience des populations particulièrement dans les bassins de production.

    V.            DATE ET LIEU DES PROCHAINES REUNIONS 

Les prochaines réunions du Comité de Pilotage du Programme Coton ACP – UE et du Comité d’Orientation Stratégique sur le Coton auront lieu au mois de Mars 2017 à Ouagadougou au Burkina Faso.