Photo d'ensemble

Du 17 au 18 juillet 2014, s’est tenue à Libreville, République Gabonaise, la concertation régionale sur la mise en œuvre du PDDAA en Afrique Centrale. Cette réunion, présidée par Monsieur David MBADINGA, représentant du Secrétaire Général de la CEEAC, a enregistré la participation des Secrétaires Généraux, Directeurs généraux et/ou directeurs de Cabinet des Ministères en charge de l’Agriculture des Etats membres  de la CEEAC (Angola, Cameroun, Congo, Gabon, Guinée Equatoriale, République Centrafricaine, République Démocratique du Congo, Sao Tomé et Principes, Tchad), du représentant de l’IFPRI, des Points Focaux Nationaux PDDAA des dix Etats membres de la CEEAC, du point focal du Togo, des représentants des pays membres de la CEDEAO, des représentants des Institutions Techniques Régionales (COREP, CEBEVIRHA, PRASAC), de la  FAO et  du Hub Rural, du représentant de l’ACPN, du COMESA, de la Présidente de la PROPAC et du représentant de la Plate forme des acteurs non étatiques.

Au cours de cette rencontre, les experts ont planché sur plusieurs thématiques visant la mise en œuvre conjointe du PDDAA dans les pays de la CEEAC, notamment la nécessité et l’urgence d’une planification consensuelle des Revues Techniques Externes (RTE) au regard des signes d’impatience manifestés aussi bien au niveau régional que des Etats qui ont déjà validé leur PNIA, l’adoption d’une feuille de route pour la mobilisation des ressources indispensables au développement de l’agriculture de la sous-région et le renforcement du dialogue CEEAC-PTF.

A l’issue des travaux ponctués par les présentations, les débats et les partages d’expérience, la principale leçon apprise est que le socle de l’agenda du PDDAA est la volonté politique. Aussi quelques recommandations ont été formulées aux Etats, à l’UA/NEPAD et à  la CEEAC.

Les Etats doivent mettre en place les conditions cadres nécessaires (Sécurité foncière et infrastructures de base) pour la participation du secteur privé à l’investissement dans les PNIA et accroître la volonté politique pour accompagner les jeunes et les femmes dans le secteur agricole ;

L’UA doit travailler avec les Partenaires Techniques et Financiers et les Etats membres pour mettre fin à la persistance de l’approche bilatérale dans la mise en œuvre des projets et programmes au niveau des états;

La CEEAC doit entre autres :

  • soutenir dans le cadre du PDDAA, le renforcement institutionnel de la PROPAC et ses capacités à accompagner le processus de structuration des OP en coopératives ainsi que leur arrimage à l’acte uniforme OHADA relatif aux droits des affaires ;
  • soutenir la structuration des acteurs de la société civile pour une meilleure représentativité et leur capacité à rendre service à la base.
  • mettre en place une stratégie d’appui aux initiatives des jeunes et des femmes en milieu rural (formation en agri business et soutien) ;
  • tenir d’ici novembre 2014, la Conférence des Ministres de l’Agriculture, Finance et Plan élargie aux représentants des assemblées nationales en charge des dossiers agricoles pour l’adoption formelle du PRIA et la sensibilisation sur le processus du PDDAA au niveau national ;
  • Soutenir la promotion de l’agri business au sein des OP.
  • Soutenir le renforcement des capacités organisationnelles, stratégiques, entrepreneuriales et économique des OP.

Calendrier

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

CEEAC-ECCAS

Logo CEEAC Transparent

Nos Partenaires

Les Partenaires Techniques et Financiers de la CEEAC.