Libreville, le 31 mai 2016

Les experts des onze Etats membres de la Communauté Economique des Etats de l'Afrique Centrale(CEEAC) sont en conclave depuis ce matin à l'hôtel Boulevard de Libreville. Dans la capitale gabonaise, les délégués des Etats et ceux des organisations partenaires vont échanger deux jours durant sur des questions tout autant d'actualité que variées,  allant de l'examen du potentiel des énergies renouvelables à l'horizon 2030 en Afrique centrale, à la présentation des enjeux et des opportunités émanant de l'adoption de l'accord de Paris, en passant par la promotion de l'agenda d'un développement bas-carbone au travers des énergies renouvelables en Afrique Centrale et l'examen des efforts en cours en vue d'accélérer le déploiement desdites énergies.

Trois allocutions ont été prononcées au cours de la cérémonie d'ouverture, cérémonie présidée par le Secrétaire général du ministère gabonais  de l'Energie et des ressources hydrauliques M. Raymond OKINDA. Il s'agit de l'allocution de bienvenue, prononcée par  le Conseiller diplomatique et politique, Mme Marie Thérèse Chantal MFOULA, représentant le Secrétaire général de la CEEAC, de l'allocution de la représentante de l'Agence internationale pour les énergies renouvelables(IRENA), Mme Angela KALLHAUGE et le discours d'ouverture de monsieur le Secrétaire général M. Raymond OKINDA.

Les travaux se dérouleront en trois session principales, à savoir:

  • les efforts en cours pour accélérer le déploiement des énergies renouvelables en Afrique centrale. Au cours de cette session, les participants jetteront un regard global sur le changement climatique et ses implications sur le secteur de l'énergie, en mettant un accent sur l'évaluation du changement climatique en Afrique depuis la COP 21 et l'initiative africaine pour les énergies renouvelables;
  • un aperçu sur le niveau de capacité institutionnelle de la région permettant d'exposer un agenda de développement bas-carbone tout en accentuant l'action pour le climat à travers les énergies renouvelables;
  • le financement de la transition énergétique en Afrique centrale. Ici, il s'agira de présenter un aperçu sur les instruments existant pour le financement des investissements en énergies renouvelables , ainsi que les instruments d'atténuation de risques ou de stimulation d'investissements dans le secteur, sans oublier la mobilisation des ressources financières privées pour soutenir le déploiement des énergies renouvelables.