La conférence internationale sur l’investissement privé dans la région des Grands Lacs s’est ouverte le mercredi 24 février à Kinshasa, en présence du Président de la République Démocratique du Congo, Joseph KABILA KABANGE et du Secrétaire général de l’Onu, Ban Ki-moon.  Ce forum s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de l’Accord-cadre pour la paix, la sécurité et la coopération pour la RDC et la région signé le 24 février 2013 à Addis-Abeba par onze États de la sous-région sous l’égide de l’ONU. Il vise à promouvoir l’intégration régionale, la coopération économique et à contribuer effectivement à la paix et la stabilité durables dans la région. Il offre également aux participants l’occasion d’élargir le champ des opportunités d’échanges commerciaux et créer des emplois.
 
La rencontre de Kinshasa est appelée à  servir de vitrine pour mettre en exergue, les exemples des entreprises qui ont réussi. Il sera également question d’informer les investisseurs sur le climat des affaires dans la région, la situation sécuritaire et surtout les options de financements à prendre pour ceux et celles qui désireront investir dans les Grands Lacs.
 
Mme J. DEJEAN, Présidente de l’Association des Femmes d’Afrique Centrale (AFAC), Mme G. PSIMHIS , SGA du GICA,  Madame SICKOUT CROZON-CAZIN , Expert Secteur privé CEEAC.. Plusieurs objectifs sont assignés à cette conférence dont le plus important demeure, sans doute, la formulation des recommandations de réformes au profit de l’amélioration du climat des investissements dans la région. Des recommandations qui découleront de l’interaction entre les acteurs du secteur privé et les décideurs politiques avec, en arrière-fond, le besoin ressenti de renforcer la coopération et l’intégration commerciale entre États de la région. Il s’agit donc d’un forum qui se veut inclusif pour le secteur privé destiné à avoir un encrage important au niveau régional pour mieux se valoriser à l’échelle continentale. Tout un défi que les participants à la conférence tenteront de surmonter via des recommandations idoines censées assurer une plus grande visibilité aux projets bancables émanant de la sous-région. « La conférence de Kinshasa devrait permettre la consolidation de la montée en puissance de la croissance, matérialiser la création des emplois », a affirmé le Président de la République, Joseph Kabila, à la cérémonie d’ouverture.
Selon lui, cette conférence de Kinshasa devrait aider à tourner définitivement la page sombre de la violence dans la région des Grands Lacs. «C’est une nouvelle ère qui s’ouvre pour l’intégration économique dans la région», a-t-il conclu.
M. Ban Ki-moon a estimé, quant à lui, que pour briser le cycle de violence et conflits qui endeuillent la région, il ne suffit pas de régler le problème de sécurité, mais qu'il était nécessaire de fonder le développement économique et social sur des bases stables, promouvoir la bonne gouvernance et un État de droit.
La finalité des échanges est de booster l’intérêt des investisseurs potentiels pour les Grands lacs africains où le climat des affaires s’est nettement amélioré ces dernières années. Aux investisseurs potentiels de scruter des nouvelles opportunités d’affaires qu’offrent les Grands lacs à l’heure où le spectre de l’insécurité est en train d’être endigué, même s’il reste quelques foyers de tension difficilement maîtrisables. Espace de libre échange et de partage d’expériences, la rencontre de Kinshasa permettra de sélectionner des projets d’investissements concrets tout en donnant la possibilité aux participants de nouer des contacts utiles et éventuellement d’investir dans de nouveaux projets. Dans ce cadre de rencontres et d’échanges formels, les opérateurs économiques et les chefs d’entreprises seront au centre d’attention, étant donné que leurs expériences permettront de recadrer le tir dans la manière d’aborder les questions liées à la croissance économique et aux domaines porteurs d’opportunités dans la région des Grands lacs.
  
SICKOUT KINPlusieurs délégués des pays membres de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs (CIRGL), dont le Premier ministre rwandais et le vice-président du Burundi. Outre les dirigeants de gouvernements de la région, cette conférence a connu également la participation des représentants des principaux partenaires au développement, des représentants d’entreprises parmi les plus florissantes de la région des investisseurs, des opérateurs ainsi que des promoteurs de projets.
 
La Communauté Economique des Etats de l'Afrique centrale  (CEEAC) était représentée par Mme Léa-Elisabeth SICKOUT CROZON-CAZIN, Expert en Promotion Commerce et Secteur Privé, chargée de la mise en œuvre du Programme Régional d'Amélioration du Climat des Affaires en Afrique Centrale (PRACAAC) au sein de la CEEAC. Second bassin forestier mondial, elle est l’une des zones essentiellement caractérisée par un sous-sol riche en matière première. L’une des conséquences de cette forte dotation en matières premières est l’intérêt et la compétition suscités par ces Etats auprès des investisseurs étrangers pour l’accès à ces ressources.
 
Etant donné les enjeux pour la Région CEEAC, il était essentiel que sa présence soit marquée à cette conférence qui, en plus, se tient dans son espace, la République Démocratique du Congo comptant parmi ses Etats membres. Son stand a enregistré la participation de deux Petites et Moyennes Entreprises : le Groupe Plan Consulting International du Gabon et de « The Job factory » de la RDC Congo.
 
Ce forum, qui est le premier du genre dans les Grands Lacs, prendra fin ce jeudi 25 février 2015. Au nombre des documents de travail sur lesquels vont se pencher les participants, l’on citera entre autres le document des opportunités et d’investissement révisé et approuvé à Luanda, mais aussi les vingt-cinq projets intégrateurs de la région couvrant sept domaines prioritaires dont l’agro-industrie, l’infrastructure, l’énergie et l’exploitation minière. À tout prendre, ce forum de Kinshasa se révèle comme un outil indispensable dans la quête pour la pérennisation de la paix et la stabilité dans la sous-région des Grands lacs pour le bonheur des populations.