Libreville le 6 février 2016
Tel a été l’objet de la cérémonie d’audience accordée hier, 05 février 2016, par  son Excellence l’Ambassadeur Ahmad ALLAM-MI, Secrétaire Général de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale (CEEAC), à une délégation du Conseil ouest et centre africain pour la recherche et le développement agricoles (CORAF/WECARD).
 
Conduite par Dr. Alioune FALL, Président du Conseil d’Administration, assisté du Dr. Paco SEREME, Directeur Exécutif, la mission s’inscrivait dans le cadre du renforcement de la coopération entre les deux institutions qui date depuis le 29 juillet 2008.
 
D’entrée de jeu, le Secrétaire exécutif du CORAF/WECARD a indiqué que « même si la participation de la CEEAC au niveau du fonctionnement stratégique du CORAF/WECARD est satisfaisante depuis la signature de l’accord de partenariat, il reste que son engagement au niveau de fonctionnement opérationnel est encore insuffisant.
 
Le Secrétaire exécutif a surtout mentionné le retard accusé par la CEEAC dans le domaine de la mise en œuvre du Programme de Productivité Agricole dans cette région (PPAC) alors que la composante de l’Afrique de l’Ouest (PPAO) est déjà à sa seconde phase d’exécution. Ce programme qui est financé par la Banque Mondiale vise à améliorer les activités de recherche dans le domaine agricole afin d’accroître les niveaux de production et de lutter in fine pour la sécurité alimentaire et nutritionnelle. Il a cependant indiqué que l’Afrique centrale pourra tirer profit des leçons apprises au niveau de l’Afrique de l’Ouest pour éviter certaines et erreurs et rattraper très rapidement son retard en améliorant la qualité des résultats escomptés.
 
Prenant la parole, l’Ambassadeur ALLAM-MI, a déploré l’existence d’une multitude des organisations régionales en Afrique Centrale dont le foisonnement contribue à disperser les efforts de leurs pays membres. Il a indiqué que la restructuration de la CEEAC qui est en cours permettra dans un avenir proche de réactualiser ses textes fondamentaux qui datent des années quatre-vingt, d’améliorer ainsi l’environnement institutionnel,  et de recentrer les objectifs de cette organisation afin de mutualiser les efforts de manière rationnelle dans le but d’atteindre le but poursuivi par l’Union Africaine. Il a ensuite salué l’existence de l’Accord entre le CORAF et la CEEAC et des actions qui en découlent car, a-t-il souligné, « la chute des coûts du pétrole que l’on observe aujourd’hui incitera certainement les pays membres de la CEEAC, majoritairement producteurs de pétrole, à diversifier leurs économies en se tournant vers l’exploitation des produits agricoles». Il en est par exemple du « Programme  Graine» au Gabon et des plans d’action similaires mis en œuvre dans la plupart des pays de l’Afrique Centrale.
 
Le Secrétaire général a aussi évoqué la Politique Agricole Commune (PAC-CEEAC) en tant que raison vecteur principal de la redynamisation de l’agriculture en Afrique centrale puisque son objectif principal est de contribuer de manière substantielle et durable à la satisfaction des besoins alimentaires et nutritionnels, à l’accroissement des exportations et des revenus, à la réduction de la pauvreté des populations rurales dans les Etats membres.
 
Le Secrétaire général de la CEEAC a alors instruit le Coordonnateur DIPEM qui, en collaboration avec le Service de l’Agriculture doit œuvrer dans les meilleurs délais pour la réalisation des activités prioritaires suivantes :
 
-          La tenue de la réunion des Ministres Ordonnateurs des Fonds IDA pour la région de l’Afrique Centrale. Cette réunion ;
-          La tenue de la 21 ème Session du Conseil d’ Administration du CORAF/WECARD au siège de la CEEAC à Libreville en Mai 2016 ;
-          La conduite d’une mission conjointe (Ministre Gabonais Ordonnateur des fonds IDA et Secrétariat général de la CEEAC) à Washington pour rencontrer la Banque Mondiale à la réunion de Printemps (Avril 2016).
 
L’audience s’est achevée sur une note de satisfaction du Secrétaire général de la CEEAC qui a promis de tout mettre en œuvre pour la réussite des activités du CORAF/WECARD en Afrique Centrale et notamment son plan d’action à court et à moyen terme.