Kinshasa(Rép. Démocratique du Congo), le 15 décembre 2017- Sur invitation de Son Excellence Monsieur Noel Nelson MESSONE, Ministre des Affaires Étrangères, de la Coopération, de la Francophonie et de l'Intégration Régionale, Chargé des Gabonais de l’étranger de la République Gabonaise, Président en Exercice du Conseil des Ministres de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale(CEEAC), il s'est tenu le 15 décembre 2017 au Collège des Hautes Etudes de Stratégie et de Défense (CHESD) dans la capitale Congolaise, la 18ème Session ordinaire de la Commission de Défense et de Sécurité du Conseil de Paix et de Sécurité de l'Afrique Centrale.

Du rapport rendu public à l’issue des travaux on peut retenir ce qui suit :

Les travaux de la CDS ont débuté par un huis clos au cours duquel trois (3) points ont été examinés à  savoir :                                                                                

  1. La revue géopolitique de la situation politique et sécuritaire de l’Afrique centrale à travers le point de situation du MARAC et le focus particulier sur trois pays, à savoir le Cameroun, la RCA et la RDC ;
  2. Le point d'information sur l’exercice MEGALOPS III ;
  3. Le Rapport de la Réunion des Chefs d’Etat-major des marines nationales de l’Afrique centrale d'octobre 2017 ;

S’agissant de la Revue géopolitique et sécuritaire en Afrique centrale, les membres de la CDS ont suivi avec intérêt l’aperçu général dressé par le Secrétariat général de la CEEAC couvrant la période de juin à décembre 2017. Subdivisée en deux parties, cette présentation a ressorti les caractéristiques générales relatives à la situation politique et sécuritaire dans la sous-région avant de se focaliser sur les situations spécifiques à chaque Etat membre.

Concernant les caractéristiques générales, les aspects ci-après ont été retenus :

  • La stabilité relative de la sous-région malgré quelques foyers isolés de tension dans certains Etats membres ;
  • Des efforts continus de stabilisation, particulièrement dans les Etats ayant connu des situations de conflit ;
  • L'organisation des processus électoraux apaisés dans un nombre d'Etats membres ;
  • L'activisme continu des groupes armés, des forces négatives et des groupes terroristes dans certains Etats membres ;
  • Les efforts de dialogue entre les parties prenantes en ce qui concerne la gestion des processus électoraux dans certains Etats membres.

En rapport avec les situations particulières dans les Etats membres notamment le Cameroun, la RCA et la RDC :

  • Au Cameroun, la situation sécuritaire dans les Régions anglophones reste sous contrôle mais préoccupante et des initiatives notables et multiformes ont été engagées par les autorités en vue de sa normalisation ;
  • La situation sécuritaire en RCA reste préoccupante, surtout à l'intérieur du pays, du fait de l'activisme continu des groupes armés qui peinent à honorer les différents accords de paix qu'ils ont signés. Sur le plan politique, le gouvernement a été remanié en septembre 2017 pour inclure des représentants des groupes armés tandis que l'Initiative africaine pour la paix et la réconciliation en Centrafrique poursuit son travail de médiation malgré d'énormes difficultés financières.
  • Au sujet de l’Initiative Africaine pour la paix et la réconciliation en Centrafrique, les membres de la CDS ont suivi la présentation faite par le Secrétariat général de la CEEAC sur cette question. L’opérationnalisation de la Feuille de route de l’Initiative Africaine a démarré avec la première réunion du Panel de facilitation qui a eu lieu à Bangui du 11 au 12 septembre 2017. Ledit panel vient de conclure des consultations directes avec les 14 groupes armés participant à la Commission de suivi du désarmement, démobilisation, réintégration et rapatriement (DDRR) mise en place par les autorités centrafricaines. Les difficultés rencontrées sont essentiellement d'ordre financier. Depuis l'adoption de la feuille de route de l'IA jusqu'au déploiement du Panel de facilitation sur le terrain, seule la CEEAC en supporte financièrement la mise en œuvre. En outre, le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) a contribué au fonds de consolidation de la paix tandis que l'Union Africaine a fait une déclaration d'intention d'apport de contributions.
  • La situation politique en RDC a enregistré une avancée significative concernant le processus électoral telle que matérialisée par la publication du calendrier électoral, la finalisation prochaine du recensement des électeurs et l'adoption imminente de la loi électorale par le parlement. Sur le plan sécuritaire, les groupes armés congolais et étrangers sévissant dans les provinces de l'Ituri, du Nord-Kivu et du Sud-Kivu restent une menace. La situation est globalement sous contrôle.

Au terme de leurs échanges sur la situation géopolitique et sécuritaire, s'agissant de la RCA, les membres de la CDS recommandent au Conseil des Ministres du COPAX :

  • la tenue d'une conférence spéciale avec les pays voisins de la RCA ;
  • l'appui des pays de la CEEAC pour la levée de l'embargo sur les armes ;
  • la restitution des équipements militaires sortis du territoire de la RCA lors de différentes crises que ce pays a connues.

Fin Tvx 18 CDS 550 01S'agissant de la RDC, ils recommandent une plus grande implication de la CEEAC en ce qui concerne le processus politique, de paix et de stabilisation en collaboration avec les autres acteurs internationaux.

Ils recommandent également la finalisation de l’étude sur la gouvernance sécuritaire au niveau de la sous-région d’Afrique centrale.

En ce qui concerne l’Exercice MEGALOPS III, les membres de la CDS ont été édifiés par le Secrétariat général de la CEEAC que cette manœuvre reste un exercice français qui met en œuvre les Centres des Opérations Maritimes (COM) sur la base de volontariat avec la participation de l’Etat-major Régional de la FOMAC, du Centre Régional de Sécurisation Maritime de l’Afrique Centrale (CRESMAC) et le Centre Interrégional de Coordination (CIC). Il a été convenu que les Etats pouvaient y participer sur la base des négociations bilatérales avec la partie française.

S’agissant de la Réunion des chefs d’état-major des marines nationales, les membres de la CDS ont suivi et adopté le rapport présenté par le Chef d’état-major de la marine nationale gabonaise. Ils ont pris acte de ce que :

  • Le Centre Multinational de Coordination (CMC) de la Zone D, opérationnel depuis 2009, devra être rendu multidimensionnel avec l'adoption de tous ses documents juridiques ;
  • Le CMC de la Zone A sera activé après l’Exercice Obangame express prévu en mars 2018 ;
  • Suite à la demande des chefs d'état-major des marines nationales, concernant l'Agence Gabonaise d'Etudes et d'Observations Spatiales (AGEOS), la CDS recommande au Conseil des Ministres d'instruire le Secrétariat général de la CEEAC de mener une étude de faisabilité dont les résultats seront analysés par cette même instance.

Analysant le rapport de la réunion des experts, les recommandations ci-après ont été formulées :

  • Mise en œuvre des recommandations de la 17è CDS

Les membres de la CDS recommandent au Conseil des Ministres la poursuite du dialogue entre le Secrétariat général et les Etats membres en vue de faire aboutir les engagements pris et veiller à ce que les recommandations de la CDS ne demeurent sans effet en établissant un dialogue régulier individualisé et plus formel avec les Etats membres.

  • Dépôt Logistique Régional

Les membres de la CDS recommandent au Conseil des Ministres d’instruire le Secrétariat général de se rapprocher des autorités compétentes de la République du Cameroun en vue de finaliser le processus d'implantation du Dépôt Logistique Régional (DLR) de la FOMAC dans ce pays en tenant compte des conditions de l’UA sur la co-localisation avec la Base logistique Continentale (BLC).

  • Financement du COPAX

Les membres de la CDS recommandent au Conseil des Ministres de faire appliquer par les Etats membres l’article 27 du Protocole du COPAX relatif à son financement. Ledit article dispose que « le fonctionnement du COPAX relève du budget de la CEEAC. Il est créé un fonds d'affectation spéciale alimenté notamment par les contributions exceptionnelles des Etats membres et des donateurs extérieurs, destiné exclusivement à la réalisation des activités du COPAX ».

  • Exercice communautaire FOMAC 2018

Les membres de la CDS ont chargé les trois Etats pressentis comme co-organisateurs (Gabon, Cameroun et Congo) de procéder à des consultations internes au niveau des chefs d’état-major généraux de leurs armées respectives et de transmettre leurs conclusions aux Etats membres à travers le Secrétariat général de la CEEAC.

  • Réforme et fonctionnement des organes du COPAX

Les membres de la CDS recommandent au Conseil des ministres de rendre disponibles les ressources financières nécessaires et d'assurer la participation des Etats membres à la réalisation de ce chantier dans le calendrier de la réforme globale de la CEEAC, en prenant en compte l’expertise et l’expérience des autres communautés régionales.

  • Catalogue des capacités de la FOMAC 2030

Les membres de la CDS recommandent au Conseil des ministres de prendre acte des conclusions de l’atelier de Sao Tomé et Principe, valider le format global et faire connaître par écrit les engagements des Etats membres à fournir les capacités sollicitées en vue de permettre au Secrétariat général de finaliser le projet de catalogue dans la forme attendue pour la décision des instances hiérarchiques.

  • Système de formation du COPAX

Fin Tvx 18 CDS 550 02Les membres de la CDS recommandent au Conseil des ministres d'exhorter les Etats membres à tenir leurs obligations dans la mise en place des organes du Service Intégré de Formation (SIF) (services nationaux, commission pédagogique).

S'agissant du CHESD, après avis favorable de la réunion de la Commission Pédagogique tenue à Brazzaville en octobre 2017, les membres de la CDS ont validé la recommandation de ladite Commission de retenir le CHESD comme centre d'excellence de la CEEAC.

Dans les divers, les membres de la CDS recommandent au Conseil des ministres de veiller sur la nécessité de tenir toutes les réunions statutaires des instances du COPAX, particulièrement le Conseil des ministres, et aux Etats membres à tenir leurs engagements respectifs.

De même, après les observations formulées par les délégués de l’Angola, de la Guinée Equatoriale, du Cameroun et de Sao Tomé et Principe, les membres de la CDS recommandent au Secrétariat général et à l’Etat hôte de chacune des prochaines réunions, le respect des dispositions réglementaires relatives à l’interprétariat et à la traduction des documents dans les quatre (04) langues officielles de la Communauté.

Calendrier

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30

CEEAC-ECCAS

Logo CEEAC Transparent

Nos Partenaires

Les Partenaires Techniques et Financiers de la CEEAC.