Libreville(Rép. Gabonaise), le 05 octobre 2017- Les rideaux sont tombés sur la réunion des Chefs d’Etat-major des Marines Nationales des Etats membres de la CEEAC tenue les 04 et 05 octobre 2017 dans la capitale gabonaise. La rencontre de Libreville, la première du genre, a été convoquée par le Secrétariat général de la CEEAC, conformément aux recommandations des 16ème et 17ème réunions de la Commission de Défense et de Sécurité (CDS). D’autres acteurs du secteur maritime des Etats membres de la CEEAC ont également été invités à prendre part.

Ont pris part aux travaux :

- Les Chefs d’Etat-major des Marines Nationales des pays membres de la CEEAC suivants : Angola, Cameroun, Congo, Gabon, São Tomé & Principe ;

- Le Secrétariat général de la CEEAC ;

- Le Bureau régional des Nations Unies pour l’Afrique Centrale (UNOCA) ;

- Le Centre Interrégional de Coordination de la Stratégie interrégionale de sûreté et de sécurité maritimes (CIC);

- Le Centre Régional de Sécurité Maritime de l’Afrique Centrale (CRESMAC) ;

- Le Centre Multinational de Coordination (CMC) de la Zone D;

- Les Conseils des Chargeurs du Cameroun et du Congo.

FIN TVX CEM MARINE 550 2Pendant deux jours les participants ont examiné en profondeur les principales questions inscrites à l’ordre du jour à savoir :

- La position commune de l’Afrique Centrale sur le processus de révision du Code de Conduite de Yaoundé de 2013;

- L’élaboration d’un projet de règlement général de fonctionnement de l’architecture de sûreté et de sécurité maritimes de l’Afrique Centrale ;

- Le financement des institutions et des activités de sûreté et de sécurité maritimes de la CEEAC.

Au terme des travaux, les participants à la réunion des Chefs d’Etat-major des marines nationales des pays de la CEEAC ont recommandé ce qui suit :

Sur le Code de Conduite de Yaoundé de 2013 sur la sûreté et la sécurité maritimes dans le Golfe de Guinée

Aux Etats membres

Se prononcer clairement dans les meilleurs délais sur le questionnaire élaboré après la première réunion technique d’évaluation de ce Code en vue d’adopter une position commune de la CEEAC dans le processus de révision dudit Code de Conduite et mieux défendre les intérêts de l’Afrique Centrale.

2. Sur le bilan de fonctionnement de la Zone D et l’activation de la Zone A

A chaque Etat membre de la zone D

a. Affecter en permanence aux centres multinationaux de coordination de la zone, des moyens humains et matériels adaptés en qualité et en quantité, obéissant aux normes arrêtées dans les protocoles, et veiller à l’installation par tous les Etats, des dispositifs côtiers de surveillance pour permettre au CMC de mener efficacement ses missions;

b. Mettre en place des groupes de travail en vue de proposer aux Etats membres des réformes juridiques et judiciaires pour internaliser les outils communautaires et harmoniser les textes législatifs et administratifs relatifs

à l’action de l’Etat en mer sur le plan national;

c. Désigner le COM multidimensionnel destiné à être intégré dans l’Architecture régionale de sûreté et de sécurité maritimes de l’Afrique Centrale.

A chaque Etat membre de la zone A

d. Accélérer le processus d’activation du CMC de la Zone A sous la responsabilité de l’Angola à travers l’Etat-major de la Marine de Guerre, avec l’appui du CRESMAC et du CMC de la Zone D.

A la Commission de Défense et de Sécurité (CDS)

e. Recommander au Secrétariat Général de la CEEAC :

- de favoriser et accélérer l’élaboration des textes juridiques qui sous-tendent le bon fonctionnement de la zone à savoir : l’Accord de siège, le Règlement intérieur, et l’Accord multilatéral du CMC ZONE D;

- de suggérer aux hautes instances du COPAX de rendre statutaire la réunion des Chefs d’Etat-major des marines Nationales des Etats membres de la CEEAC ;

- de promouvoir le caractère multidimensionnel des CMC par l’incitation à la nomination des personnels civils et de police ainsi qu’en favorisant l’opérationnalisation du bureau des administrations maritimes desdits centres ;

- de tenir à jour un répertoire des moyens mobilisables dans chaque pays et définir les mécanismes permettant aux CMC de solliciter auprès des Etats des moyens supplémentaires pour s’adapter à d’éventuelles évolutions de leurs missions.

 Sur le projet de règlement de fonctionnement de l’Architecture de sûreté et de sécurité maritimes de l’Afrique Centrale

Pour accélérer la finalisation de ce projet, les participants recommandent au Secrétariat général de la CEEAC (DIHPSS) de mettre en place un comité de rédaction du projet de règlement de fonctionnement de l’architecture sous la supervision du Chef d’Etat-major de la Marine Nationale du Cameroun. Ledit comité dispose d’un délai de trois (3) mois pour transmettre ses conclusions au Secrétariat général de la CEEAC après recueil des contributions des Etats membres. Le nouveau projet de règlement de fonctionnement sera soumis à la CDS.

Sur le Mécanisme de financement de l’Architecture de sûreté et de sécurité maritimes

Aux Etats membres

Accélérer les mesures de mobilisation de fonds visant à accorder une autonomie financière à l’Architecture de sûreté et de sécurité maritimes de l’Afrique Centrale.

A la Commission de Défense et de Sécurité

  •  Recommander au Secrétariat Général de la CEEAC d’organiser une réunion avec les Conseils des Chargeurs des Etats de l’Afrique Centrale pour s’accorder sur les modalités pratiques d’un financement au bénéfice de l’Architecture de sûreté et de sécurité maritimes ;

  • Recommander au Secrétariat Général de la CEEAC de relancer les Etats membres ne s’étant pas encore acquittés de leurs contributions de démarrage du CRESMAC de le faire pour maintenir son fonctionnement.

  • Sur le plan global de surveillance de l’espace maritime de la CEEAC

A la Commission de Défense et de Sécurité

FIN TVX CEM MARINE 550 3- Recommander au Secrétariat Général de la CEEAC de mettre en place un Comité ad-hoc au sein du CRESMAC, sous la supervision du Chef d’Etat major de la Marine Nationale du Congo, chargé de finaliser le plan global de surveillance de l’espace maritime de la CEEAC.

Enfin, il a été demandé au Secrétariat Général de la CEEAC de transmettre à tous les Chefs d’Etat-major des Marines nationales les documents qui ont fait l’objet de présentation à la réunion pour une analyse approfondie par leurs services techniques.

Après avoir examiné les points inscrits à l’ordre du jour, les participants à la réunion des Chefs d’Etat-major des Marines Nationales des Etats membres de la CEEAC ont  présenté leur déférente gratitude à Son Excellence Monsieur Ali Bongo ONDIMBA, Président de la République Gabonaise, Chef de l’Etat, Président en exercice de la CEEAC, pour les efforts sans cesse déployés dans la promotion de la Paix, la Sécurité et la stabilité en Afrique Centrale. La signature du rapport a constitué le clou des travaux.

 

Calendrier

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30

CEEAC-ECCAS

Logo CEEAC Transparent

Nos Partenaires

Les Partenaires Techniques et Financiers de la CEEAC.