Kinshasa(Rép. Démocratique du Congo), le 04 octobre 2019- La capitale de la République Démocratique du Congo a abrité la 4ème Conférence ministérielle Afrique Centrale pour la Réduction des Risques de catastrophes. Les travaux ont été placés sous la présidence du ministre congolais des actions humanitaires et de la solidarité nationale, monsieur Steve Mbikayi Mubuluki.

L’objectif de la conférence était d’évaluer le chemin parcouru depuis les assises de Brazzaville en Octobre 2017, notamment la mise en œuvre des recommandations et les actions menées dans le cadre du plan d’action régional.

Au cours de la cérémonie solennelle d’ouverture des travaux, quatre allocutions ont été prononcées, à savoir, l’allocution de l’ambassadeur, chef de la délégation de l’Union Européenne en RD Congo, l’allocution du Représentant de la Banque Mondiale, celle du Secrétaire général de la CEEAC puis le discours d’ouverture du Ministre des actions humanitaires et de la solidarité nationale.

Tous les intervenants étaient unanimes sur le fait que le Cadre de Sendai pour la Réduction des Risques de Catastrophes 2015-2030 reconnaît que la coopération régionale, sous régionale et transfrontalière, reste essentielle pour soutenir les efforts des États, aux niveaux national et local, ainsi que des communautés et des entreprises, pour réduire les vulnérabilités liées aux aléas.

4Conf Min Grc Kin 550 02Il met en exergue entre autres, la nécessité d'une meilleure compréhension du risque dans toutes ses dimensions, le besoin de renforcer leur gouvernance, l'importance de la mise en place des cadres de coordination et d'amélioration des mesures de préparation pour « reconstruire mieux » en cas de catastrophes, le renforcement de la coopération internationale et du partenariat mondial.

Ce cadre, ont martelé les intervenants, exige que les Etats alignent leurs stratégies aux mécanismes régionaux, sous régionaux convenus pour la coopération en matière de Réduction des Risques de Catastrophes (RRC), afin de favoriser une planification plus efficace, créer des systèmes communs d'information et d'échange des bonnes pratiques ainsi que des programmes de coopération et de renforcement des capacités pour impulser les synergies nécessaires face aux risques de catastrophes transfrontaliers communs.

Dans son allocution, le Secrétaire général de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale(CEEAC) a déclaré que l’institution dont il a charge de présider aux destinées, joue un rôle éminemment important dans la coordination de ce processus.

L’ambassadeur Ahmad Allam-mi a égrainé quelques-unes des actions menées, pour demeurer en cohérence avec cet engagement international sur la thématique et le Plan d’Action Afrique Centrale, notamment :

Au plan du renforcement des capacités institutionnelles :

  • La création en 2015 du Centre d’Applications et de Prévisions Climatologiques de l’Afrique Centrale (CAPC-AC) par les Chefs d’État et de Gouvernement avec pour siège Douala, et qui fonctionne depuis juin 2018 à travers le Projet d’Informations Satellitaires pour la Réduction des Risques de Catastrophes en Afrique Centrale (SAWIDRA-AC) ;
  • La création de la Cellule de Gestion des Risques de Catastrophes et d’Adaptation au Changement Climatique (GRC-ACC) qui fonctionne à travers le Projet ACP-UE pour le Renforcement de la Résilience aux Catastrophes en Afrique Centrale.

Au plan de la coordination,

La mise en place :

  • Des Mécanismes d’échanges techniques, notamment (i) le Forum de Prévision Climatique saisonnière biannuelle correspondant aux deux saisons de la région (Saison sèche/Saison de Pluie), en appui aux protections civiles et autres secteurs de développement pour des besoins de services climatiques, et (ii) les Plateformes Annuelles Afrique Centrale pour la Réduction des Risques de Catastrophes (PfAC-RRC) dont la 8ème édition a précédé les présentes assises ;
  • Des Mécanismes de Coordination politique, notamment (i) la Conférence Ministérielles biennale Afrique Centrale sur la Météorologie (CMAC-Met) dont la 4ème session est prévue en novembre 2019, (ii) la Conférence Ministérielle biennale Afrique Centrale pour la Réduction des Risques de Catastrophes (CMAC-RRC) dont la 4ème session se tient ce jour, et (iii) le Réseau des parlementaires pour la résilience aux catastrophes en Afrique Centrale (REPARC) qui sert d’outil de plaidoyer pour l’intégration effective de la problématique dans les législations nationales.

Au plan opérationnel et du renforcement des capacités

 

  • La création des sites web régionaux pour la Gestion des Risques de Catastrophes, l’Adaptation aux Changements Climatiques et les prévisions climatologiques ;
  • La dotation en cours du Centre d’Applications et de Prévisions Climatologiques de l’Afrique Centrale (CAPC-AC) en Équipements de Prévisions Numériques du Temps (PNT) pour la collecte des données météorologiques, et l’émission des Bulletins au Profit des Institutions régionales et des Services Météorologiques et Hydrologiques Nationaux ;
  • La formation de près de 300 experts nationaux, parlementaires et responsables locaux des États membres à l’évaluation des besoins post catastrophes et sur le cadre de relèvement post crise ;
  • L’accueil des étudiants pour leur stage de fin de formation au Secrétariat Général de la CEEAC.

Le Secrétaire général de la CEEAC a annoncé qu’au regard de la récurrence des catastrophes d’origine hydrométéorologiques dans la sous-région, le Secrétariat Général de la CEEAC s'est d’ores et déjà engagé à faire une cartographie des risques transfrontaliers, à mettre en place un cadre régional Afrique Centrale pour les Services Climatologiques ainsi qu’une plateforme des usagers des services climatiques dans les domaines de la santé, de l’agriculture et de la Réduction des risques de catastrophe. L’idée étant, selon lui, d'assurer le renforcement et la coordination des initiatives existantes à travers les plates-formes d’interface d'utilisateur des services, les systèmes d’information, et le renforcement des capacités en liaison avec le Centre d’Applications et de Prévisions Climatologiques.

Après la cérémonie d’ouverture, les ministres ont poursuivi les travaux en hui clos dont les principales recommandations sont contenues dans le communiqué final ci-joint et sanctionnant la fin des travaux.

Rappelons que le Secrétaire général de la CEEAC a exprimé sa profonde gratitude au Président de la République Démocratique du Congo,SEM. Félix Antoine TSHISEKEDI TSHILMBO et au Premier Ministre Chef du Gouvernement, pour, je cite « avoir bien voulu accepter que les présentes assises se tiennent dans cette belle cité de Kinshasa toujours en constante mutation ».

Il a également remercié la Banque Mondiale et l’Union Européenne pour leur appui multiforme au Secrétariat général de la CEEAC.

 

Cliquez ici pour telecharger le communiqué final

Calendrier

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

CEEAC-ECCAS

Logo CEEAC Transparent

Nos Partenaires

Les Partenaires Techniques et Financiers de la CEEAC.