Lomé(Rép. Togolaise), le 30 juillet 2018- Le Sommet conjoint des chefs d’Etat et de gouvernement sur la paix, la sécurité, la radicalisation et l’extrémisme violent s’est ouvert en fin de matinée dans la capitale de la République Togolaise, en présence de nombreuses délégations conduites par les Chefs d’Etat et de  gouvernement de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest(CEDEAO), de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale(CEEAC), du président de l’Union Africaine et des Représentants spéciaux du Secrétaire général des Nations Unies, des partenaires Techniques et Financiers et des Représentants du corps diplomatique accrédités au Togo.

Quatre allocutions ont été prononcées au cours de la cérémonie d’ouverture, à savoir ;

       Le discours de bienvenue prononcé par le Président de la République Togolaise, président en exercice de la Conférence des Chefs d’Etat et de gouvernement de la CEDEAO SEM. Faure ESSOZIMNA GNASSINGBE ;
       Le discours du Représentant Spécial du Secrétaire général de l’ONU et chef du Bureau des Nations unies pour l’Afrique de l’Ouest et le   Sahel SEM. MOHAMED IBN CHAMBAS ;
       Le discours du Président de l’Union Africaine, SEM MOUSSA FAKI MAHAMAT ;
       Et le discours d’ouverture solennelle du Président de la République Gabonaise, président en exercice de la Conférence des Chefs d’Etat et de gouvernement SEM. Ali Bongo ONDIMBA.

La CEDEAO et la CEEAC sont deux régions ayant une communauté de destin et qui font face aux menaces communes, des menaces sécuritaires et environnementales, d’où la nécessité d’avoir une vision partagée sur les approches de solutions à y apporter.
Les deux communautés ont toujours marqué leur volonté de travailler ensemble. On en veut pour preuve, le sommet conjoint de Yaoundé en 2013 sur la sécurité et la sûreté maritime dans le Golfe de Guinée qui a débouché sur le processus dit de Yaoundé, puis par la création du Centre inter-régional de Coordination pour la mise en œuvre de la Stratégie régionale de sûreté et de sécurité maritimes du Golfe de Guinée basé à Yaoundé.

Les intervenants se sont dits favorables à la définition et la mise en place d’une approche commune et holistique des questions de paix et de sécurité. La nature transfrontalière de la menace oblige d’intensifier la coopération opérationnelle  effective et efficace entre les forces de défense et de sécurité par la levée des obstacles à l’entraide judiciaire, à l’extradition, à la coopération en matière de police criminelle et au droit de police, a souligné le Président togolais qui
a conclu : « la détermination que nous partageons nous guidera vers des actions ambitieuses et concrètes », avant d’appeler l’Union Africaine, les nations unies et les partenaires techniques et financiers à accompagner la mise en œuvre des Décisions qui découleront des présentes assises.

Les orateurs ont égrainé les maux qui minent les deux communautés économiques régionales comme :

       Le terrorisme dans le Sahel et le Bassin du Lac Tchad ;
       Les rébellions armées ;
       La piraterie dans le Golfe de Guinée ;
       Le trafic illicite des armes et des stupéfiants ;
       Le phénomène de la transhumance ;
       Les changements climatiques ;
       L’absence d’opportunités pour les jeunes ;
          Etc.

Presidium du Sommet ceeac cedeaoFace à tous ces fléaux, le président de l’Union Africaine en appelle à une intensification de la coopération, au dialogue entre gouvernants et gouvernés dans le strict respect de l’intégrité des territoires de nos Etats. « L’Union Africaine est résolument engagée à vos côtés », a déclaré Moussa Faki MAHAMAT. Et pour le matérialiser, le Président de l’UA entend :
       Aider à une meilleure synergie inter-régionale et à travers la mise en place d’arrangements de coopération sécuritaires flexibles ;
       Mobiliser un appui substantiel en faveur des initiatives régionales ;
       Mener des actions de plaidoyer pour mobiliser un appui important pour le financement des opérations de soutien à la paix.

Dans son discours d’ouverture des travaux, le président en exercice de la CEEAC a rappelé les liens historiques, géographiques et les affinités culturelles qui existent entre la CEDEAO et la CEEAC, d’où le vœu que le présent Sommet examine en profondeur les questions de paix et de sécurité. « Les menaces sécuritaires transversales dans notre espace nous commandent d’agir de manière concertée et collective… », a martelé le président Ali Bongo Ondimba. Il a illustré ses propos par la création du Centre inter-régional de Coordination pour la mise en œuvre de la Stratégie régionale de sûreté et de sécurité maritimes du Golfe de Guinée avec ses deux composantes que sont : Le CRESMAO, le  Centre Régional de Sécurité Maritime de l’Afrique de l’Ouest basé à Abidjan en Côte d’Ivoire  et le CRESMAC,
le Centre Régional de Sécurité Maritime de l’Afrique Centrale basé à Pointe-Noire au Congo.

Calendrier

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30

CEEAC-ECCAS

Logo CEEAC Transparent

Nos Partenaires

Les Partenaires Techniques et Financiers de la CEEAC.