Libreville(Rép. Gabonaise), le 25 juin 2018- « Que pouvons-nous faire sans la BAD ?» C’est en ces termes que le Secrétaire général de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale (CEEAC), l’ambassadeur Ahmad Allam-mi a entamé son vibrant plaidoyer en faveur du prolongement du Programme d’Appui de la Banque Africaine de Développement au renforcement des capacités de la CEEAC (PARCI-CEEAC), au cours de l’audience qu’il a accordée à la mission de supervision du PARCI conduite par le Représentant résident M. MASUNGU qu’accompagnaient le chargé des projets et deux de ses collaborateurs.

Après l’échange des civilités, le Secrétaire général de la CEEAC s’est félicité de l’excellence des relations de coopération entre son institution et la Banque Africaine de Développement (BAD). « Grâce au don de plus de cinq milliards et demi de Francs CFA, le PARCI a permis de renforcer les capacités institutionnelles, humaines et opérationnelles de la CEEAC et dans une certaine mesure de la CEMAC dans le cadre de la rationalisation des deux communautés économiques régionales (CEEAC et CEMAC), a martelé le Secrétaire général de la CEEAC.

Photo d'ensembleL’ambassadeur Allam-mi a félicité le chargé des projets pour sa nomination à ce poste, pour sa diligence et sa proactivité dans le traitement des dossiers du PARCI. Il a déclaré que depuis l’arrivée du chargé des projets à ce poste, les taux de décaissement et d’exécution se sont significativement améliorés respectivement de 62% et de 61%, des taux qui peuvent encore s’améliorer davantage si le projet pouvait disposer d’un peu plus de temps, a-t-il précisé.

Le PARCI a été lancé le 28 octobre 2013 pour une durée de moins de 5 ans, mais au regard du retard avec lequel il a démarré, il a connu deux prolongements. Sollicitant la prorogation du projet, le Secrétaire général de la CEEAC a justifié que les activités importantes comme la formation et le processus de rationalisation n’ont pu être réalisées qu’à 20%, alors qu’elles représentent 40% du projet. Il s’est ensuite appesanti sur le processus de Réforme institutionnelle qui constitue la priorité des priorités à la CEEAC et dont la feuille de route va jusqu’au troisième trimestre 2019.

Enfin, l’ambassadeur Allam-mi a promis d’écrire officiellement au Représentant résident en vue de solliciter le lancement d’une deuxième phase du PARCI, au cours de laquelle il entend mettre en place une coordination générale des projets BAD avec un pool financier unique, une cellule de passation des marchés unique, ainsi qu’un système de suivi-évaluation centralisé.

Prenant la parole à son tour, le Représentant résidant s’est dit disposé à accompagner la CEEAC dans son processus d’intégration régionale. Il s’est à son tour félicité des résultats engrangés par le Secrétariat général de la CEEAC à travers le PARCI.

Après l’entretien au cabinet, les experts des deux institutions se sont retrouvés au siège du PARCI pour affiner les dossiers liés à la supervision de la mise en œuvre du PARCI, notamment les acquisitions et les décaissements.

Calendrier

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

CEEAC-ECCAS

Logo CEEAC Transparent

Nos Partenaires

Les Partenaires Techniques et Financiers de la CEEAC.