Les pays membres et les Institutions Internationales du Comité Technique de Suivi des Accords de Libreville condamnent avec fermeté l’attaque contre un convoi de la MINUSCA le 09 octobre 2014, à Bangui qui a fait un mort et plusieurs blessés.

Ils expriment leurs condoléances à la famille d’un soldat Pakistanais, au gouvernement pakistanais, ainsi qu’au personnel de la MINUSCA.

           Le Comité Technique de Suivi condamne tout acte de violence entre les communautés. Il condamne également toute attaque et provocation contre les Forces Internationales par des groupes s’armés.

Il souligne que les attaques ciblant les forces de maintien de la paix peuvent constituer des crimes de guerre selon la loi internationale. Il appelle les autorités de la République Centrafricaine, en étroite collaboration avec les partenaires internationaux, à enquêter sur tout acte de violence et tout crime contre les civils, et à tenir les individus et les groupes responsables de leurs actions.

Le Comité réitère son soutien à la MINUSCA ainsi qu’aux forces européennes (EUFOR) et Françaises (Sangaris) déployées en République centrafricaine.

Il réitère son soutien à la MINUSCA pour accompagner les autorités du gouvernement de transition et le peuple centrafricain dans leurs efforts d’instaurer durablement la sécurité et la paix sur toute l’étendue du territoire nationale, comme l’exige la résolution du Conseil de Sécurité 2149 (2014).

La violence en République centrafricaine doit cesser. Le Comité encourage toutes les parties à respecter leurs engagements et notamment l’Accord de Cessation des Hostilités de Brazzaville dont la mise en œuvre doit ouvrir la voie à l’organisation des consultations à la base et au dialogue national.

Il condamne ceux qui cherchent à saboter le processus de transition démocratique en attisant le cycle de violence et de vengeance. Il condamne en particulier ceux qui s’attaquent aux civils innocents.

Il rejette toute action et discours qui entravent le processus de transition démocratique encours, et qui mènent à la violence et l’instabilité en République centrafricaine, de nature à compromettre la tenue d’élections avant fin 2015, et l’indispensable redressement de l’économie et des finances publiques.

Il rejette catégoriquement tout appel qui atteint à l’intégrité du territoire de la République centrafricaine.

Le Comité Technique de Suivi souhaite exprimer son plein soutien au Chef d’État de la Transition, Madame Catherine SAMBA-PANZA, et aux institutions de la Transition, qu’il engage à travailler dans un cadre consensuel.

                                                                                     Fait à Bangui, le 10 octobre 2014