Chers Citoyens et Citoyennes de la sous-région de l’Afrique centrale,

Comme chaque année, le monde entier commémore ce 21 septembre 2014, la Journée Internationale de la Paix.

En effet, vous vous souviendrez que c’est au cours de sa soixante-dix-septième session ordinaire, tenue à New York en fin novembre 1981, que l’Assemblée Générale de l’ONU avait adopté la Résolution 36/67 instituant la Journée Internationale de la Paix. Cette journée fut alors célébrée pour la première fois le mardi 21 septembre 1982.

Le thème choisi pour cette année est « l’éducation pour la paix ».

En harmonie avec le message circonstancié du Secrétaire Général des Nations Unies, cette journée est un « moment propice à la réflexion, un jour où nous réaffirmons notre croyance en la non-violence et appelons à un cessez-le-feu mondial ; où chaque fille et garçon mérite de recevoir une éducation de qualité et de cultiver les valeurs qui les aideront à devenir des citoyens du monde dans des communautés tolérantes respectueuses de la diversité ». Comme le dit l’Acte constitutif de l’UNESCO, « les guerres prenant naissance dans l’esprit des hommes, c’est dans l’esprit des hommes que doivent être élevées les défenses de la paix ».

Si la paix est ainsi une culture: l’éducation est donc un formidable moyen par lequel nous devons construire une paix durable en Afrique Centrale.

Cela nous rappelle tous le devoir que nous avons, individuellement et collectivement, de contribuer à l’avènement d’un monde à l’abri de la peur et du besoin.

Le 21 septembre doit être une journée d’introspection de chacun de nous, pour repasser en revue les actes concrets que nous posons chaque jour pour contribuer à la consolidation de la paix dans nos familles, nos résidences, nos lieux de travail, nos pays, notre sous-région, notre continent et le monde dans son ensemble.

La commémoration de cette date coïncide presqu’avec mes un an à la tête du Secrétariat Général de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale (CEEAC). 

Je profite donc de cette occasion pour remarquer avec vous tous que la situation sécuritaire dans notre espace communautaire est globalement positive, malgré les défis que nous devons encore relever.

Certes, notre Communauté doit encore continuer à fournir des efforts pour faire face aux menaces telles que : les attaques terroristes de Boko Haram, la prolifération des armes légères et de petit calibre, la piraterie maritime, le braconnage, le trafic de la drogue et la contrebande dans la zone sahélo-saharienne.

Mais nous sommes sur la bonne voie, grâce aux actions soutenues de nos Etats membres et de notre Communauté, qui méritent d’être reconnues par tous. Nous devons tous être reconnaissants des sacrifices consentis les forces armées de nos Etats dans les différentes zones de conflit.

Ainsi, nous déplorons les conditions de travail précaires et particulièrement exposées aux dangers  des forces tchadiennes au Mali, et saisissons cette circonstance pour  adresser nos condoléances au gouvernement du Tchad et aux familles des victimes éplorées, suite à l’incident qui a coûté la vie à cinq de leurs membres.

Ainsi, la paix et la sécurité sont en train de revenir progressivement en RCA, avec la participation active de la CEEAC dans le cadre de la MICOPAX, puis de la MISCA, et aujourd’hui de la MINUSCA. Nous encourageons ainsi le dialogue politique inclusif en cours dans ce pays, qui certainement aboutira à une véritable réconciliation nationale.

Je me félicite également du retour de la paix et de la sécurité à l’est de la RDC, et salue au passage le travail remarquable accompli par les forces armées de ce pays pour atteindre ce résultat.

Je ne saurais terminer ce message sans mentionner le leadership dont a fait preuve notre Communauté dans le cadre de la sûreté et de la sécurité maritime dans le Golfe de Guinée.

Il s’avère évident que les objectifs d’intégration sous-régionale et de développement économique auxquels aspirent légitiment nos peuples, ne peuvent être atteints sans un minimum de paix et de sécurité.

Enfin, je renouvelle la disponibilité et l’engagement du Secrétariat Général de la CEEAC à travailler davantage en harmonie avec les Etats membres pour faire de l’Afrique Centrale cet espace de paix, de sécurité et de stabilité auquel nous aspirons tous. 

                                                     Ambassadeur Ahmad ALLAM-MI

Calendrier

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30

CEEAC-ECCAS

Logo CEEAC Transparent

Nos Partenaires

Les Partenaires Techniques et Financiers de la CEEAC.