Le Secrétaire général de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale (CEEAC), l’ambassadeur Ahmad ALLAM-MI a offert un dîner de travail aux Ambassadeurs des Etats membres de la CEEAC accrédités en République Gabonaise.

Le Secrétaire général, a tout d’abord présenté l’équipe dirigeante de la CEEAC. Celle-ci est composée des Responsables reconduits dans leur fonction et des nouveaux nommés parmi lesquels les Secrétaires généraux Adjoints en charge des Départements Intégration Physique, Economique et Monétaire (DIPEM) et Programme, Budget, Administration et Ressources Humaines (DPARH) ainsi que le Conseiller Economique et de la Coopération.
Ensuite, il avait axé son intervention sur trois questions prioritaires. Notamment la Zone de Libre Echange de la CEEAC, les questions sécuritaires et d’ordre organisationnel.

S’agissant de la Zone de Libre Echange, le Secrétaire général a fait le point sur les conclusions de la Réunion des Ministres du Commerce et des Finances de la CEEAC tenue à Kinshasa le jeudi 13 mai 2016. Cette réunion avait pour objet de booster l’épineuse question de la mise en place d’un marché commun régional en Afrique centrale, conformément aux textes fondateurs de la CEEAC.
Ledit marché commun devrait être créé sur une période de dix ans, à travers un processus progressif de libéralisation des échanges comprenant l’établissement d’une Zone de libre-échange (ZLE) par l’élimination entre les États membres, des droits de douane, des contingentements, restrictions ou prohibitions ainsi que des obstacles dordre administratif au commerce. Sans oublier l’adoption dun tarif douanier extérieur commun.
Diner de travail 10 2016 450Au niveau continental, il est à noter que 2017 est l’échéance fixée pour l’entrée en vigueur de la Zone de libre-échange continentale (Zlec). Et pour que la CEEAC soit au rendez vous, une mission circulaire est en ce moment en cours dans les Etats en vue de l’opérationnalisation de la ZLE - CEEAC dès janvier 2017.
Pour ce qui est des questions sécuritaires, son excellence ALLAM-MI a fait le point sur les conclusions du sommet extraordinaire de l'Union africaine sur la sécurité maritime organisé le samedi 15 octobre à Lomé pour l'adoption d'une charte africaine sur la sécurité maritime. Il a, à cet effet, souhaité l’opérationnalisation du Centre interrégional de coordination pour la sécurité maritime dans le golfe de Guinée (CIC) qui a pour vocation  unir les forces des pays de la Communauté Economique des Etats d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), de la Communauté Economique des Etats d’Afrique Centrale (CEEAC) et de la Commission du Golfe de Guinée (CGG) pour lutter contre les actes de piraterie et de brigandage en mer. Il a aussi souhaité que les Etats membres de la CEEAC soutiennent le processus de dialogue engagé en RDC.

Diner de travail 10 2016 450 2Le Secrétaire général a conclut par la question relative à la réforme institutionnelle. Il a souligné que le processus est très avancé et que plusieurs documents sont déjà élaborés et n’attendent que la validation en novembre 2016 à Yaoundé par le Conseil des Ministres en charge de l’Intégration. Une fois validés, ces documents seront présentés aux Chefs d’Etat au cours de la prochaine Conférence prévue en février 2017 qui portera sur le budget de la CEEAC et sur le processus de financement de l’intégration de l’Union africaine.

Après l’exposé du Secrétaire général et des échanges fructueux qui s’en sont suivis, les diplomates présents au diner se sont félicités de la richesse et de la pertinence des informations reçues et ont souhaité que qu’un cadre formel et officiel de concertation et d’information entre le Secrétariat général de la CEEAC et les Ambassadeurs des Etats membres soit créé.