Le Secrétaire général de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale (CEEAC), l’ambassadeur Ahmad ALLAM-MI a reçu le 20 février 2015, en audience une délégation de l’Organisation des Nations Unies pour la Drogue et le Crime (ONUDC) conduite par  Monsieur Pierre LAPAQUE, Coordinateur du Bureau régional Afrique centrale et Afrique de l’Ouest.
 
La mission est venue remercier le secrétaire général de la CEEAC du Mémorandum d’entente signé entre les deux Institutions et les bénéfices qui en découleront pour les Etats membres, au moment où la criminalité faunique transnational est devenue une préoccupation mondiale. Elle a aussi rendu compte de la mission CEEAC-ONUDC effectuée à Brazzaville du 7 au 15 février 2015 pour rencontrer les Autorités de la République du Congo et celles de la République Démocratique du Congo.
 
Après avoir pris connaissance des missions de l’ONDUDC, l’ambassadeur  Ahmad ALLAM-MI  a tout d’abord salué la signature du Mémorandum qui permettra à cette Organisation d’apporter son soutien technique aussi bien au secrétariat de la Communauté qu’à ses Etats membres exposés directement ou indirectement au braconnage des grand mammifères organisés par des individus utilisant parfois des armes de guerre.
 
Il a par ensuite émis  son souhait de voir la collaboration ainsi engagée pérennisée et soutenue à la hauteur des défis sécuritaires auxquels l’Afrique centrale est aujourd’hui confrontée. « Car, a-t-il relevé, le trafic de drogue et la criminalité transnationale organisée sont devenus d’importants facteurs de déstabilisation dans la région. La pénétration de l’argent des trafics dans les économies, la corruption et la violence entre groupes criminels pour capter les marchés, fragilisent le développement et la gouvernance. Dans ces circonstances, une prise de conscience de la communauté internationale et un soutien aux initiatives opérationnelles pour lutter contre ce fléau nous semblent plus que jamais nécessaires ».
 
L’Organisation des Nations Unies sur la Drogue et le Crime (ONUDC) est membre du Consortium International pour la Lutte contre la Criminalité Faunique (ICCWC) à Côté de la Banque Mondiale, l’Organisation Mondiale des Douanes, la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES) et International Police (Interpol). En raison de son expertise, son appui technique en faveur de la CEEAC devrait être utilisé pour: (i) la mise œuvre de plusieurs activités dont celles prévues dans le 11ème Fonds Européen de Développement (FED) pour la lutte contre le braconnage, (ii) trouver les moyens de réagir de façon rapide face à la recrudescence du braconnage de masse au Parc national de Bouba Ndjida au Cameroun et dans les Parcs nationaux de Virunga et Garamba en République Démocratique du Congo, (iii) appuyer la mise en œuvre du Système de Lutte Anti Braconnage en Afrique Centrale (SYLABAC), le Plan d’Extrême Urgence de Lutte anti Braconnage (PROLABAC) par la mise à disposition de deux assistants techniques.