Yaoundé, le 14 Février 2015

Excellence Monsieur le Ministre des Affaires Etrangères et de l’Intégration Africaine de la République du Tchad, Président du Conseil des Ministres du COPAX;
Excellence Monsieur le Ministre des Relations Extérieures de la République du Cameroun ;
Excellences, Mesdames et Messieurs les Chefs de Délégations ;
Excellences Mesdames et Messieurs les Ministres ;
Monsieur le Représentant Spécial du Secrétaire Général des Nations Unies, Chef du Bureau Régional des Nations Unies pour l’Afrique Centrale (UNOCA) ;
Monsieur le Représentant Spécial de la Présidente de la Commission de l’Union Africaine, Chef de la Mission de l’Union Africaine en République Centrafricaine et en Afrique Centrale (MISAC) ;
Excellences Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs et Représentants des Organisations Internationales ;
Mesdames et Messieurs les Experts ;
Distingués Invités ;
Mesdames et Messieurs ;

Avant tout propos, je voudrais renouveler les sincères remerciements du Secrétariat général de la CEEAC aux Autorités camerounaises, en tête desquelles Son Excellence PAUL BIYA, Président de la République, Chef de l’Etat, ainsi qu’au Peuple camerounais, pour l’accueil et les facilités accordées aux délégations des Etats membres et du Secrétariat Général de la CEEAC dans le cadre des présentes réunions extraordinaires du COPAX.

Comme cela a été décidé par les Chefs d’Etat et de Gouvernement de la CEEAC au cours de leur concertation à Addis-Abeba, en marge de la 24ème Session Ordinaire de la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’Union Africaine, la présente Session Extraordinaire du Conseil des Ministres du COPAX a pour principal objectif l’élaboration d’une stratégie sous-régionale de soutien au Cameroun et au Tchad dans la lutte contre le groupe terroriste Boko Haram qui menace de déstabiliser notre espace.
A cet effet, la Commission de Défense et de Sécurité (CDS) s’est réunie le 12 février 2015 afin d’évaluer la situation et de formuler des options de réponses et des recommandations appropriées à vous soumettre en vue de cette lutte.
Excellences Messieurs les Ministres,
Excellences, Mesdames et Messieurs,
La stratégie sous-régionale que la CEEAC entend mettre en place est un acte de solidarité envers le Cameroun et le Tchad, en cohérence avec les autres initiatives internationales, notamment celle de la Commission du Bassin du Lac Tchad (CBLT) consistant en la mise en place de la Force Multinationale Mixte (FMM) autorisée par l’Union Africaine.
Cette stratégie sous-régionale s’inscrit dans le cadre des dispositions pertinentes du Protocole relatif au Conseil de paix et de Sécurité de l’Afrique Centrale (COPAX) et du Pacte d’Assistance Mutuelle entre les Etats membres de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale (CEEAC).
Il est en effet du devoir de la Communauté, face à la situation particulièrement difficile que traversent les deux Etats membres, de leur apporter son soutien multiforme, individuel ou collectif, sur les plans militaire, diplomatique et humanitaire.
Excellences, Mesdames et Messieurs,
Je voudrais saisir cette occasion pour réitérer mes félicitations aux Forces armées camerounaises et tchadiennes pour le courage et la bravoure avec lesquels elles font face à l’agression du groupe terroriste Boko Haram.
C’est également l’occasion de nous féliciter, une fois de plus, de la coopération exemplaire entre la République du Cameroun et la République du Tchad dans la riposte contre cette agression.
Il va sans dire que pour que cette riposte montre toute son efficacité, une synergie d’actions est indispensable entre notre Communauté et la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO).

Excellences, Mesdames et Messieurs,
Je ne pourrais terminer mon propos sans évoquer les autres défis sécuritaires que doit relever la CEEAC pour sa stabilité. Je pense notamment à la grave crise politique et sécuritaire en République Centrafricaine et aux tueries du groupe terroriste ADF-NALU à l’est de la République Démocratique du Congo.
Les menaces qui pèsent sur la sécurité et la stabilité de la région et, partant, sur ses perspectives de développement et le bien‐être de ses populations sont transnationales. Dès lors, toute réponse qui se veut efficace, ne peut être que collective.
Il nous faut donc un renforcement accru de la coopération sécuritaire dans notre espace Communautaire, à travers le fonctionnement régulier des institutions d’intégration sous-régionale et la mise en place d’un conseil de paix et de sécurité permanent au siège de notre Communauté.
C’est pourquoi la réforme institutionnelle que nous avons proposée aux hautes instances de la communauté visera, entre autres, les objectifs essentiels pour une réelle intégration sous-régionale dans le domaine de la paix et de la sécurité, condition sine qua none pour l’atteinte des autres objectifs de la Communauté.
Enfin, je forme le vœu que vos délibérations débouchent sur des décisions communautaires fortes en vue de l’éradication totale de Boko Haram et la protection durable de notre espace communautaire contre le terrorisme.

Je vous remercie.

Calendrier

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30

CEEAC-ECCAS

Logo CEEAC Transparent

Nos Partenaires

Les Partenaires Techniques et Financiers de la CEEAC.