Libreville, le 22 janvier 2015

L’ambassadeur  de la République arabe d’Egypte en République Gabonaise son Excellence Hisham Fathy M. Mostafa a été reçu en audience par le Secrétaire général de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique centrale(CEEAC), l’ambassadeur Ahmad ALLAM-MI. Au menu de l’entretien entre les deux diplomates, les questions de paix et de sécurité en Afrique centrale et les futurs chantiers du secrétariat général de la CEEAC au titre de l’année 2015.

La question brûlante de l’heure en Afrique centrale demeure les agressions éhontées du groupe terroriste Boko Haram contre les pays voisins du Nigéria membres de la CEEAC à savoir le Cameroun et le Tchad. Pour le Secrétaire général de la CEEAC, la vraie riposte contre cette secte terroriste passe par une action concertée de tous les Etats  membres de la CEEAC. L’ambassadeur ALLAM-MI a réitéré sa proposition faite la veille au Président camerounais Paul BIYA qui consiste au plan militaire à contenir et à maîtriser la progression de Boko Haram, en sécurisant les frontières du Cameroun, celles du Tchad et globalement celles de la sous-région d’Afrique Centrale et  au plan diplomatique, de rendre opérationnel  le dispositif actuellement en place au niveau du bassin du lac Tchad, dans le respect de la souveraineté du Nigéria et des règles en la matière en vigueur à  l’Union Africaine et au  Conseil de Sécurité de l’ONU.

A propos des nouveaux chantiers de la CEEAC pour l’année qui vient de commencer, le dirigeant de la CEEAC a cité en premier lieu la nécessité de procéder à la réforme institutionnelle et organisationnelle. « les textes régissant le fonctionnement et l’organisation de notre institution sont caduques…, il nous faut les mettre à jour, les harmoniser  et les arrimer à ceux de l’Union Africaine, si nous voulons gagner en efficacité », a martelé l’ambassadeur ALLAM-MI qui en fait son challenge à relever d’ici deux ans.

Cette réforme défendue bec et ongle par le Secrétaire général de la CEEAC et qui a reçu  l’onction des experts et des ministres au cours des dernières réunions statutaires tenues à N’djamena, vise à faire de la CEEAC une vraie Communauté voir une Commission, à créer une véritable Zone de libre Echange où personnes, services et biens vont circuler librement au grand bénéfice des populations de l’espace  communautaire.
Le Secrétaire général  et l’ambassadeur d’Egypte ont échangé aussi sur la situation sociopolitique  en République Démocratique  du Congo et en République Centrafricaine. En RDC, nous agissons  dans le cadre bien compris des limites de nos prérogatives en tant que secrétariat général, et en RCA, nous suivons la situation ensemble avec  le médiateur international, le président Denis SASSOU NGUESSO, a conclut l’ambassadeur ALLAM-MI.